L’attentat du Petit Clamart

 

ds-institut-charles-de-gaulle_1170409697

Le 22 août 1962, à 20h30,la DS présidentielle file vers Villacoublay. Lorsqu’elle aborde le rond-point du Petit-Clamart, elle essuie plusieurs tirs d’armes automatiques.

Lors de l’assaut, in extremis , Alain de Boissieu, gendre du Général,* crie aux De Gaulle de se baisser, ce qui leur évite d’être touchés. Boissieu ordonne au chauffeur, Francis Marroux (le même chauffeur pilotait la DS 19 présidentielle, le 8 septembre 1961, lors de l’attentat de Pont-sur-Seine) d’accélérer, ce qu’il fait et il parvient, malgré l’état de la voiture et le sol mouillé, en maîtrisant difficilement la DS qui tangue sur ses pneus crevés, à gagner à vive allure le terrain d’aviation de Vélizy-Villacoublay. On relèvera 14 impacts de balles sur la DS et on retrouvera 150 douilles sur les lieux de l’attentat.

Cette fois-ci, de Gaulle a eu beaucoup de chance. « Personne n’a rien eu ? » demande-t-il en arrivant à Villacoublay où l’attend l’hélicoptère qui doit l’emmener à Colombey. « Cette fois c’était tangent… Ces gens-là tirent comme des cochons. »

L’attentat du Petit-Clamart est désigné par ses auteurs sous le nom d’opération Charlotte Corday, (par référence au personnage historique qui assassina Jean-Paul Marat en 1793). Le nom de l’opération désigne un assassinat politique. Il s’agit d’un groupe (OAS Métropole / OAS-CNR) dirigé par le Lieutenant-colonel BASTIEN-THIRY, lieutenant-colonel de l’armée de l’air, ingénieur en chef de l’armement, polytechnicien.

Font également partie de ce groupe :

Alain de La Tocnaye (36 ans) alias « Max », lieutenant d’artillerie, déserteur
Jacques Prevost, (32 ans) ancien sergent parachutiste à Diên Biên Phu
Georges Wattin, (29 ans) natif d’Algérie, alias « la boiteuse », recherché par la police
Pierre Magade, (22 ans) déserteur de l’armée de l’air
Louis Honorat de Condé, (24 ans) sous-lieutenant de réserve
Pascal Bertin, (20 ans) étudiant
Lazlo Varga, (20 ans) ex-insurgé anticommuniste de l’insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956
Lajos Marton, (31 ans) ex-élève pilote de l’aviation magyare, ex-insurgé anticommuniste de l’insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956
Serge Bernier, (29 ans) ancien sous-officier du Bataillon de Corée
Sari, (31 ans) ex-sergent 2e REI de la Légion Etrangère blessé à Di?n Biên Phu, ex-insurgé anticommuniste de l’insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956
Gérard Buisines, (36 ans) ancien légionnaire
Alphonse Constentin, (34 ans) ancien légionnaire, défecteur à la veille de l’attentat
Armand Belvisi, (37 ans) arrêté en juin 62
Jean-Pierre Naudin, (20 ans) étudiant classe préparatoire à Saint-CYR
.

Le soir même une gigantesque chasse à l’homme est lancée.

Deux semaines plus tard, une quinzaine de personne est arrêtée. Certain nombre d’entre-elles sont déjà occupées à préparer un nouvel attentat, à la roquette cette fois ci.

Le lieutenant-colonel Bastien Thiry, responsable du complot et l’un des plus acharnés à supprimer le Général de Gaulle, est arrêté le 17 septembre. Il est jugé et condamné à mort par la Haute Cour, refusant qu’on lui accorde des circonstances atténuantes. Il est fusillé le 11 mars 1963.

* Biographie d’Alain de Boissieu (lire sa biographie)

1 commentaire sur L’attentat du Petit Clamart

  1. En janvier 1957 j’étais nommé technicien des télécommunications au centre des PTT de BENI MANSOUR en Algérie.J’ai travaillais pendant 1 an avec Jacques PREVOT, à l’époque Ingénieur THOMSON, à la mise en place et à la maintenance et l’entretien d’une liaison hertzienne entre BENI et BOUGIE port sur la Méditerranée.Notre vie technique et communautaire a été bien remplie avec cet ancien Béret Vert prisonnier des Viets à Dienbienphu. J’ai donc appris le 22 août 1962 l’attentat.J’étais nommé à Vierzon et bien entendu j’ai suivi toute l’affaire.Je souhaiterais avoir des informations sur lui qui je sais qu’il a été sur les barricades en Alger et qu’il est devenu O.A.S.Je peux vous faire part de cette année passée avec lui et mes collègues téléphoniquement. MERCI

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Valéry Giscard d’Estaing accusé d’être une « taupe » de l’OAS dans l’attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle ? | Cayo Hueso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*