Chronologie de la 5ème République sous Charles de Gaulle (1)

Gaullisme.fr vous propose en plusieurs épisodes « la chronologie de la Ve république sous Charles de Gaulle ». Les principales dates vous sont proposées accompagnées de commentaires succincts ou plus détaillées (Liens sur Gaullisme.fr).
Le premier épisode couvre la période du 1er juin au 30 septembre 1958.

Plan de face du gÈnÈral Charles DE GAULLE gesticulant, assis devant un micro, lors d''une confÈrence de presse ‡ PARIS.

Gaullisme.fr vous propose en plusieurs épisodes « la chronologie de la Ve république sous Charles de Gaulle ».
Les principales dates vous sont proposées accompagnées de commentaires succincts ou plus détaillées (Liens sur Gaullisme.fr).
Le premier épisode couvre la période du 1er juin au 30 septembre 1958.
Gaullisme.fr éditera 2 à 3 épisodes par mois jusqu’au décès du général de Gaulle, le 9 novembre 1970.

 

1er juin : Officiellement pressenti le 29 mai par le président de la République M. René Coty, le général de Gaulle se présente à l’investiture de l’Assemblée nationale qui lui est accordée à 21 h 15 par 329 voix (dont 42 socialistes) contre 224 (dont 49 socialistes et tous les communistes) sur 553 votants.

2 juin : Le général de Gaulle qui a aussitôt formé un gouvernement comprenant des représentants de toutes les formations politiques, sauf les communistes, le présente à l’Assemblée nationale qui l’accepte en lui donnant les pleins pouvoirs pour six mois et en lui confiant mission de changer la Constitution.

3 juin : Loi constitutionnelle

3-7 juin : Voyage du général de Gaulle en Algérie : à Alger le 4 à Constantine et à Bône le 5 ; à Alger, Oran et Mostaganem le 6 pour y manifester la restauration de l’État et annoncer qu’il n’y aura plus qu’un seul collège électoral.

13 juin : Allocution radiodiffusée du général de Gaulle à l’hôtel Matignon appelant au redressement national et annonçant une nouvelle organisation des liens de la métropole avec l’Afrique et Madagascar.

14 juin : Accord franco-marocain relatif au stationnement des troupes françaises au Maroc.

16 juin : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec M. Paul-Henri Spaak, secrétaire général de l’OTAN. En Hongrie, exécution d’Imre Nagy.

17 juin : Lancement d’un emprunt national : 3,5 % à nominal gagé sur le cours de la pièce de 20 francs-or et affranchi de droits de succession. Accord franco-tunisien pour l’évacuation des bases militaires françaises en Tunisie à l’exception de Bizerte.

27 juin : Allocution radiotélévisée du général de Gaulle à l’hôtel Matignon sur le rétablissement de l’équilibre économique et financier.

29-30 juin : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec M. Harold Macmillan, Premier ministre britannique.

1er juillet : Message du général de Gaulle à M. Nikita Khrouchtchev, président du gouvernement soviétique, au sujet d’un projet de conférence au sommet.

1er-3 juillet : Voyage du général de Gaulle en Algérie pour inspection de l’armée Constantine le 1er ; Taka, Tizi-Ouzou et Fort National le 2 : allocution radiodiffusée à Alger le 3 pour annoncer un plan de développement économique et le vote des femmes musulmanes. Refus de recevoir le Comité de salut public, mais réception du général Massu, préfet d’Alger, et de nombreuses personnalités musulmanes.

5 juillet : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec M. John Foster Dulles, secrétaire d’État des États-Unis.

8 juillet : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec M. Strauss, ministre de la Défense de la république fédérale d’Allemagne.

13 juillet : À l’hôtel Matignon, allocution radiodiffusée du général de Gaulle aux pays d’outre-mer.

14 juillet : Le général de Gaulle assiste à la cérémonie à l’Arc de Triomphe, puis se rend à Toulon où il passe en revue la flotte. En Irak le roi Faïçal est assassiné et remplacé par le général Kassem de tendance « progressiste ». Des forces américaines débarquent au Liban, et anglaises en Jordanie.

25 juillet : Transfert de la présidence des Conseils de gouvernement d’A-OF, d’A-ÉF et de Madagascar, à leurs anciens vice-présidents, africains et malgache.

26 juillet : Le général de Gaulle répond défavorablement à la proposition soviétique de conférence au sommet.

27-29 juillet : Séjour privé du général de Gaulle à Calais.

29 juillet : Le Comité consultatif constitutionnel est saisi de l’avant-projet de la future Constitution.

1er août : Allocution radiotélévisée du général de Gaulle sur l’équilibre budgétaire de 1958.

2 août : Visite du général de Gaulle au centre nucléaire de Marcoule (Gard).

5 août : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec Mme Golda Meir, ministre des Affaires étrangères d’Israël.

7 août : Entretien du général de Gaulle à l’hôtel Matignon avec M. Fanfani, ministre des Affaires étrangères d’Italie.

8 août : Devant le Comité consultatif constitutionnel, le général de Gaulle souligne les points qu’il considère comme essentiels : option possible entre l’indépendance et l’association pour les populations d’outre-mer ; large collège électoral pour l’élection du président de la République ; moyens pour ce dernier d’exercer la légitimité nationale en cas de crise grave ; incompatibilité des fonctions ministérielles et parlementaires.

19 août : Allocution du général de Gaulle à la Préfecture de police en commémoration de l’insurrection de la police parisienne en août 1944.

20-29 août : Voyage du général de Gaulle en Afrique noire, à Madagascar et en Algérie, pour expliquer le sens de la future Constitution et le statut fédéral de la Communauté avec la France : 21 août, Fort-Lamy (Tchad) ; 22 août, Tananarive (Madagascar) ; 23-24 août, Brazzaville (Moyen-Congo) ; 24-25 août, Abidjan (Côte-d’Ivoire) ; 25 août, Conakry (Guinée) qui manifeste un désaccord massivement orchestré 26 et 27 août, Dakar (Sénégal) ; 27, 28 et 29 août, Alger.

21 août : l’ONU demande aux États-Unis et à la Grande-Bretagne de cesser leur intervention au Moyen-Orient.

4 septembre : Place de la République à Paris, discours du général de Gaulle pour demander l’approbation de la nouvelle Constitution.

14 septembre : Première rencontre du général de Gaulle avec le chancelier de la république fédérale d’Allemagne Konrad Adenauer, qui est reçu à La Boisserie, Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne).

17 septembre : Mémorandum du général de Gaulle au général Eisenhower, président des États-Unis, et à M. Harold Macmillan, Premier ministre de Grande-Bretagne, sur les modifications à apporter à l’OTAN.

19 septembre : Ferhat Abbas proclame au Caire la création d’un « gouvernement provisoire de la République algérienne » (GPRA). L’URSS décide de financer le barrage d’Assouan en Égypte.

20-21 septembre : Voyage du général de Gaulle à Rennes, à Bordeaux, à Strasbourg et à Lille.

26 septembre : Allocution radiotélévisée du général de Gaulle à l’hôtel Matignon pour demander au peuple français de répondre « oui » au référendum constitutionnel.

28 septembre : La constitution de la 5ème République et de la Communauté française est approuvée par 79,2% des suffrages exprimés en métropole, 96 % en Algérie et 93 % dans les départements ou territoires d’outre-mer. La Guinée qui a voté « non » massivement devient indépendante.

 

 

4 commentaires sur Chronologie de la 5ème République sous Charles de Gaulle (1)

  1. dixhuitjuin // 10 mars 2012 à 12 h 10 min //

    En France il nous faut un Homme posé ,qui c’est de quoi il parle et qui aime son pays et ses habitants et ensemble ils bâtissent l’avenir de la France ,la France universelle.Et pas comme ce capri qui saute sur sa chaise depuis 5 ans ,qui au final n’a rien fait ,il a démontré qu’il n’aimait pas la France ,et qu’il avait peur du peuple Français,et encore moins les Bretons.

  2. Gilles Le Dorner 02 St-Quentin // 6 février 2011 à 10 h 03 min //

    29 Mai 2005 Les Français ont le droit de participer (mémoire paradoxale de 1969) . Les Français ont le droit de lire , de réfléchir et de choisir . Les Français ont le droit de voter et d’opposer ,selon la règle démocratique des urnes, leur veto à un projet ,celui de la constitution européenne, qui ,’compte tenu de son impact, leur est soumis par voie de référendum conformément à la pensée et la lecture au fond de l’ Article 89 de notre Constitution . Notre Constitution , Librement acceptée , socle du Droit , rappel à la séparation des pouvoirs . Liberté chèrement conquise .

  3. Excellente initiative à l’heure ou non seulement les Français ont tendance à perdre la notion d’eux mêmes et, de leur histoire et ou les attaques destinées à provoquer une forme d’implosion socio identitaire sont répétées et de plus en plus organisées. Hier on faisait d’un préfet gaulliste le bous émissaire des obsedés de lla shoa. Aujourd’hui on  » baptise une gare de triste souvenir en stigmatisant lla SNCF et on s’attaque à la culture française en ce qu’elle ne répond pas à la pensée covenue.

  4. MARTIN Phiklippe // 29 janvier 2011 à 10 h 50 min //

    Très bonne initiative – félicitations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*