Alain Kerhervé

Etre gaulliste, c’est aussi tenir compte des réalités.

6 octobre 2010 // 0 commentaire

Dans une lettre ouverte à François Asselineau, Laurent Pinsolle s'exprime sur le climat délétère qui règne entre DLR et l'UPR. Au moment ou la France gaulliste se réveille face à un pouvoir chancelant, alors que l'Union est de plus en plus nécessaire à construire une réelle alternative au pouvoir UMP et PS, .... [...]

La cinquième république, notre bien commun

2 septembre 2010 // 0 commentaire

En 1945, après la Libération, il fallait refaire les institutions de la France. La débâcle, l'armistice, Vichy avaient fait table rase. Allait-on revenir purement et simplement à la Constitution de 1875 ? Celle-ci n'avait pas épargné à la France l'instabilité ministérielle, source de faiblesse du pouvoir. Elle avait laissé le pays affronter la guerre dans un état d'impréparation totale, malgré les avertissements répétés des meilleurs spécialistes, et notamment du colonel de Gaulle. La première question posée aux Français par le gouvernement de Gaulle, lors du référendum du 21 octobre 1945, fut donc : «Voulez-vous une constitution nouvelle ?» 96% des Français répondirent : oui. 4% seulement marquèrent leur attachement à l'ancienne constitution. La cause était entendue. Qui allait faire la nouvelle constitution ? Une assemblée souveraine, peut-être inexpérimentée, élue encore sous l'empire des passions qui agitaient le pays au lendemain de la Libération ? [...]

Eric Woerth et le retour à la 4e République

8 juillet 2010 // 0 commentaire

Les partis politiques ont pris le pouvoir “Les jeux, les poisons et les délices du système” s’exclamait Charles de Gaulle le 6 mai 1953, à la fin du RPF. Si la constitution de la Vème république reconnaît explicitement le phénomène partisan dans lequel les partis politiques jouent pleinement, et en toute liberté, leur rôle électoral, il ne peut en être ainsi au sein de l’exécutif gouvernemental et présidentiel. Le Président de la République, n’est plus celui de tous les Français. Il est en réalité celui d’un seul parti : le sien. [...]
1 5 6 7