Lettre ouverte à un Président qui joue avec le feu

Directrice de la rédaction Marianne.net

La grandeur d’un homme d’État est de prendre la mesure des événements, mais aussi de se garder d’instrumentaliser une idée, en l’occurrence la défense nécessaire du mérite et de l’effort, dans un but politicien.

Par Natacha Polony

Monsieur le Président, vous êtes un alchimiste. Vous êtes passé maître dans l’art de changer l’or en plomb. Après neuf semaines d’une crise comme le pays n’en avait pas connue depuis longtemps, vous, Monsieur le Président, devriez être tout entier absorbé par la recherche d’une réponse politique qui rassemblera les Français divisés et permettra de renouer le lien de confiance abîmé, non par ces manifestations, mais par des décennies de confiscation de la démocratie représentative. Eh bien non. Vous préférez piétiner les belles promesses lancées lors de vos vœux, sur les « mots qui ont pu blesser », et jeter un peu plus d’huile sur le feu, histoire de voir si l’on ne pourrait pas provoquer l’explosion finale. Et ce faisant, vous salissez un discours essentiel sur le sens de l’effort et le dépassement de soi, vous avilissez une réflexion sur la beauté des gestes qui anoblissent l’être humain. Monsieur le Président philosophe, vous rabaissez finalement tout à votre mesure, celle d’un politicien.

Ainsi, devant une assemblée de maîtres boulangers, vous évoquez le sens de l’effort. Grande et belle cause. Notre société crève de ne pas valoriser le mérite et le don de soi. Notre société se perd dans le culte de la facilité, de l’immédiateté. Il y avait tant de chose à dire face à des artisans, des hommes qui se lèvent au milieu de la nuit pour nourrir leurs semblables et donner le meilleur d’eux-mêmes. Vous eussiez pu développer cette distinction majeure entre travailler et œuvrer, le premier évoquant la torture quand l’autre nous élève vers l’essentiel. Vous eussiez pu vous lancer dans une critique de notre organisation économique entièrement fondée sur la consommation, c’est-à-dire l’excitation des pulsions et le fantasme de combler par la possession le vide de nos existences. Il eût été possible, par là même, de s’adresser à ces gens que notre société écrase sous les dépenses contraintes, devenues peu à peu indispensables pour ne pas se trouver totalement désocialisé. Il eut été possible de dessiner un autre horizon, de rendre leur dignité à tous ceux qui accomplissent une tâche noble et s’épanouissent dans la précision d’un geste et la perpétuation d’un savoir-faire.

De quels troubles voulez-vous parler ?

Vous avez trouvé plus urgent de déclarer : « Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (…) il y a des devoirs. » Mais de quels troubles voulez-vous parler, Monsieur le Président ? Imaginez-vous une seconde qu’un tel discours puisse apparaître autrement que comme une leçon donnée à ceux qui clament leur détresse depuis le mois de novembre? Et croyez-vous qu’il soit opportun de tenter un appel du pied aux Français fragilisés par plusieurs semaines de manifestations, à ces commerçants et artisans dont certains risquent de déposer le bilan, alors qu’ils payent tout autant votre refus d’apporter des réponses politiques à cette crise ?

Il suffit d’avoir discuté quelques minutes avec certains de ces citoyens qui, dès le 17 novembre, ont crié leur colère sur des ronds-points, pour avoir pu constater qu’un très grand nombre étaient issus de ces artisans, commerçants et petits employés qui se lèvent tôt et ne comptent pas leurs heures. Les premières revendications de ce mouvement étaient de pouvoir vivre décemment de son travail. C’est d’ailleurs ce qui a valu d’emblée à ce mouvement d’être classé par certains commentateurs dans la catégorie des déclinaisons douteuses du courant poujadiste. Nombre des premiers Gilets jaunes étaient des femmes célibataires avec charge d’enfants, ces femmes qui sont les premières victimes des temps partiels contraints et les premières frappées par la misère. Rien à voir avec un quelconque éloge de l’assistanat.

Que sont donc Amazon ou Airbnb, qui ruinent nos commerçants et nos hôteliers ?

Allons plus loin. Depuis votre campagne électorale, vous nous vantez la « start-up nation », la mobilité, l’économie fluide. Rien de plus immobile qu’un boulanger. Rien de plus pérenne que le savoir-faire artisanal. Rien de plus éloigné de votre modèle que ce sens de l’humilité au service des autres. Les start-up sont ces entreprises créées par des jeunes gens qui font parfois des millions sur une simple idée. Celles qui ont réussi et constituent des modèles de votre monde moderne s’appuient sur le travail et les biens produits par d’autres pour faire de l’argent sur la simple mise en relation. Que sont donc Amazon ou Airbnb, qui ruinent nos commerçants et nos hôteliers ? Ne parlons même pas de ces banquiers d’affaires qui gagnent des millions en organisant des transactions entre multinationales.

L’entregent relève-t-il de ce que vous considérez comme le « sens de l’effort » ? Le capitalisme financier dont vous défendez farouchement les mécanismes est le type même d’organisation économique qui se contrefiche du mérite et récompense la capacité à faire de l’argent avec de l’argent, quitte à ruiner les producteurs les plus fragiles. Un genre de cordée sans effort, dont les premiers ne sont pas, loin s’en faut, les plus méritants.

La grandeur d’un homme d’Etat est de se garder d’instrumentaliser une idée

Vous allez encore vous insurger contre des médias malveillants qui monteraient en épingle une « petite phrase ». Mais les mots ont un sens. Et ils sont prononcés dans un contexte. La grandeur d’un homme d’Etat est de prendre la mesure des événements, mais aussi de se garder d’instrumentaliser une idée, en l’occurrence la défense nécessaire du mérite et de l’effort, dans un but politicien. La situation que nous vivons est inflammable. La responsabilité exige de tout faire pour apaiser, pour éviter de dresser les uns contre les autres, car les extrémistes de tous bords sont à l’affut des faiblesses de la République. Forcez donc votre nature et ne leur faites pas ce genre de cadeau.

50 commentaires sur Lettre ouverte à un Président qui joue avec le feu

  1. Merci Madame, vous êtes bien la seule à remettre les points sur les i à Monsieur Macron. Va t il vous entendre ? Vous écouter ? Nous sommes le peuple qui souffre. Bientôt 3 mois de ronds points, pas pour notre plaisir. Pour plus de justice envers le peuple d’en bas. Moins de mépris. Depuis que je suis gj je fais parti d’une famille solidaire et unie dans la souffrance. Nous sommes des non violents et on paye la note :borgnes, blessés graves, infirmes à vie, blessés
    Que faut il faire pour être entendu ? Je m’en réfère à Gandhy, Martin Luther King, toujours garder le cap de la non violence. La violence n’est pas de notre côté. Nous recevons des armes interdites. Ces Messieurs votent des lois contre la violence. Nous allons rentrer dans la résistance. Je suis prête à défendre mon pays la France. Car mes aïeux se sont battus, ont été blessés, prisonniers pour que notre beau pays reste notre France. Merci Madame faites vous entendre, vous avez accès aux TV partager notre mal être dû entre autre à toute cette corruption de nos gouvernants. Merci

  2. Tout est dit ….Bravo Madame….

  3. Et que dire de cet artisan boulanger au coeur du village qui ferme boutique parce que 2 chaînes vendant du surgelé viennent s’installer à quelques centaines de mètres. On tue nos artisans, nos paysans car on ne les protège pas des puissants.

  4. Grand bravo Natacha
    Vous méritez pleinement votre titre de « journaliste » ce qui n’est pas le cas de bon nombre de vos collègues qui, au lieu de rapporter de l’information objective et des commentaires sincères, essayent de se frayer un chemin en adhérent au plus près aux idées de « l’empereur »….
    Restez comme vous êtes simple,objective et surtout « libre »
    Encore bravo et merci.

  5. Vanderhaegen // 23 janvier 2019 à 23 h 00 min //

    BRAVO. Natacha. Je suis toujours vos analyses à chaque fois que vs apparaissez vs êtes pour moi l’idéal féminin merci d’être vraie et intègre. Monsieur. Macron. Devrait lire avec attention votre lettre. Lui qui aime la langue française ………

  6. Merci Natacha Polony,
    Je vous suis depuis longtemps, j’ai appris à vous apprécier dans les débats du samedi sur France Inter puis ailleurs, je suis toujours impressionnée par vos capacités d’analyse et d’expression, et j’ai vraiment l’impression que vous êtes dans le sens de l’histoire : si on peut sortir par le haut de l’immense crise politique, économique et environnementale qui va de plus en plus agiter notre monde, ce sera grâce à des gens comme vous.
    Continuez, je vous en prie, vous êtes précieuse !

  7. Macron est un petit homme au grand nez. Normal puisqu’il passe son temps à mentir. Il n’est qu’un pur produit de marketing, un frankestein tricoté par les hommes de l’ombre, tous ces truands, ces rapetoux qui se gavent, Cac 40, banques d’affaires… Ce Macrognon n’est qu’une poupée vaudou ventriloque, zombifié, un Android qui se met au garde à vous quand il s’adresse au Medef pour obtenir ses feuilles de route… Pfffff

  8. Merci Natacha pour cette lettre ouverte ,celle ci représente bien ce que les Français demandent ; moi la première et la 6ième république est devenue nécessaire pour nous sortir de tout ça ,continuez vos articles et vos débats que je regarde avec délice .Amicalement

  9. A Pillot Sylvie….votre analyse est frappée au coin du bon sens….mais hélas au pays des sinistrés intellectuels précoces personne ne vous comprendra avant que le Ciel ne nous tombe sur la tête !!!!

  10. MARQUET Pierre // 23 janvier 2019 à 13 h 15 min //

    Bravo pour cette analyse parfaite du ressenti de tous sans aucune exception d’age, de sexe, de couleur de peau, de religion ou de classe sociale . Exprimez vous à chaque fois que vous l’estimez nécessaire .

  11. Belfiore ciro // 23 janvier 2019 à 12 h 29 min //

    Cette dame la pour moi ell’est faite pour être présidente de la république ell’est magnifique

  12. ce que vous dites est juste quand à l’esprit de fond du personnage et je l’aurais dit tout comme vous,le problème est que l’on preche dans un désert et que celà augure mal d’un rétablissement souhaitable principalement dans le cadre de la justice sociale car c’est bien de celà qu’il s’agit.Merci pour vos efforts…;

  13. Merci Madame d’écrire ce que une majorité de Français pensent, défendus par les gilets jaunes. Ce président est arrivé au bout du bout et le dos au mur il ne bronchera pas. Il attend comme vous le dites au début de votre lettre « l’explosion finale » qui ne serait tarder car le peuple patient, n’attendra pas indéfiniment les réponses à ses questions. Ce président ne représente pas le peuple Français il doit partir de gré ou de force.

  14. Jean-Pierre // 23 janvier 2019 à 8 h 58 min //

    Bravo Madame, vous êtes une « Grande Dame ». Je vous apprécie tant par vos participations aux débats, que par vos écrits. Heureusement, que nous avons encore des journalistes cohérents et honnêtes dans leurs pensées. Effectivement cet homme qui nous sert de Président, n’a aucun sens de la République et du respect de ces concitoyens. Dommage !!!

  15. STOLL CATHERINE // 23 janvier 2019 à 3 h 00 min //

    Je ne suis pas aussi en écriture. Je voulais juste vous dire qu’habitant en pleine campagne seule avec une retraite de misère, (47 années de travail )je suis contente de finir mes fin de mois grâce au Airbnb. Ne devrait-t’on pas revoir pourquoi on en arrive là. Croyez-vous que ce qui prennent des chambres moins onéreuses avec un service plus humain ,c’est pour s’enrichir ? Le problème est bien plus profond …plus grave. Je survis et cela me plait de rencontrer ces voyageurs qui découvrent et apprécient une vie simple

  16. Macron , ça crève les yeux …

  17. Chère Madame Natacha Polony. Je suis toujours impressionné par la justesse de vos analyses comme par la clarté de votre expression. Vous possédez l’intelligence du réel et démasquez sans fioritures les impostures de ce gouvernement de faussaires. Jamais au cours de mes 65 ans d’existence, je n’ai assisté à un tel cynisme et à un tel manque de principes de la part d’un chef d’état français. Puisse votre voix, toujours être audible tant elle nous est nécessaire pour ne pas sombrer dans la désespérance. Merci. Merci mille fois.

  18. Sublime analyse; vous cernez très bien ce personnage. Merci de reterce Phare de lucidité.

  19. Revol bourgeois herve // 23 janvier 2019 à 0 h 16 min //

    Bravo madame tout est dit.
    Remarquable.

  20. Jacques TEILHARD // 22 janvier 2019 à 23 h 17 min //

    Merci madame Polony, cette lettre d’une journaliste dans une période ou la liberté de la presse est menacée est remarquable et juste.
    La liberté de la presse n’est pas menacé par les journalistes mais par ceux qui possèdent aujourd’hui les médias et qui souhaitent et font pression pour que leurs collaborateurs ne parlent plus que d’une seule voix, celle qui sert toujours plus la finance et son pouvoir. Cette situation donne à votre prise de position écrite encore plus de relief et de respect.

  21. CrepinMartin Chantal // 22 janvier 2019 à 22 h 24 min //

    Merci Madame pour cette lettre si bien pensée et qui résume très exactement nos ressentis Mais entendra-il et surtout Ecoutera-t’il ? Trop imbu de sa personne il ne se remet jamais en question Oui ceux d’avant lui ont laissé des casseroles mais lui au lieu de penser à améliorer le sort des Français enfonce encore plus le clou Les retraités en subissent le contre-coup.

  22. Bravo Madame Polony . Je vous ai toujours admiré mais là je suis sans voix devant tant de justesse dans votre raisonnement ! J’approuve Pieds et mains liés votre lettre ! Merci d’avoir su si bien exprimer les sentiments du Peuple Français !

  23. gilles cararo // 22 janvier 2019 à 20 h 56 min //

    bravo et merci pour cette superbe analyse vous voyez claire en nous et vous parlez juste chacune de vos interventions nous redonnent de l’espoir un trés grand merci vous etes juste formidable

  24. Bonjour Madame Polony
    A si tous les journalistes étaient comme vous , véritable information sans langue de bois . Merci pour votre engagement et votre honnêteté.

  25. bRAVO Madame pour votre audacieuse analyse et votre clairvoyance

  26. Courties Marie Christine // 22 janvier 2019 à 17 h 52 min //

    Lisible et compréhensible par le peuple tout entier. Logique et non politique,que du bon sens.mais nos dirigeants ne sont pas sensibles au bon sens mais plutôt au profit immediat et aux choses logiques.Trop de personnes formees pour brimer le peuple (genre presse citron et entonnoir) je ne suis pas politicienne lais je suis plutot d’une formation entrepreneur ,commercant, Je verrais bien à la tête de la France un industriel intègre….et logique, sachant comme beaucoup faire vivre l’entreprise mais pas la faire disparaitre au profit de la mondialisation.Notre France a besoin de tous les bras, de bonnes têtes pensantes et surtout de courage…courage aux enfants de France,relevez le défi…

  27. discourt clair et concis mais attention toutefois à préciser qui vous traitez d’extrémistes; j’espere que vous n’y incluez pas les gens très nombreux du Rassemblement National

  28. Bravo et merci : Natacha présidente !

  29. Vous jouez les Pyromanes, Madame, la presse a fait les gilets jaunes, elle est responsable de la mégalomanie qui les anime aujourd’hui. ils pensent qu’ils font et défont les présidents et s’étonne lorsqu’un journal ne parle pas d’eux. la réponse du président est sonnante, elle suffit. dans une démocratie, ça n’est pas la rue qui gouverne et je n’ose imaginé l’état de notre pays si les armes étaient en vente libre. De grâce, éteignez l’incendie que vous avez allumé.

  30. Merci d’avoir décrypté de façon magistrale les enjeux du discours macronien sur le sens de l’effort. Comment en effet ne pas adhérer à cette valeur? Et pourtant, ces mots sortis de la bouche présidentielle créent le malaise et le trouble. « Changer l’or en plomb »,magnifique formule!
    Assez de ce président surplombant et donneur de leçons, alors que ses visées sont celles d’un système où la morale et l’humanisme n’ont aucune part. Ce détournement ne fonctionne plus, le masque du philosophe peine à recouvrir son vrai visage d’ultra libéral sans scrupules.

  31. Bravo pour votre courage. Ce que je regrette c’est que vous adoptez la même posture que le Président, persuadée que vous avez raison et niez le fait qu’il y a de nombreuses personnes qui essayent gagner simplement leur vie sans faire le moindre effort. Cela ne concerne certainement pas l’ensemble des gilets jaunes, mais il doit y en avoir parmi eux, en premier lieu ceux qui se transforment en casseurs. Finalement, comme le Président vous ne présentez qu’une face d’un mouvement,ô combien légitime, qui vous arrange, c’est-à-dire celle qui vous arrange pour jouer les justicières alors que vous êtes vous-mêmes très loin de vivre avec le smic. Pour qu’il y ait un conflit, il doit y avoir deux parties et toutes les deux ont leur responsabilité et je vous ai rarement entendue faire la part des choses.

  32. Modeste Dos Santos // 22 janvier 2019 à 13 h 52 min //

    Merci Madame Natacha Polony. J’ai lu votre lettre en intier et je puis ajouter que vous avez complètement raison. Bravo !

  33. Comme dit quelqu’un dans ces commentaires, il faudrait des gens comme vous au gouvernement.votre analyse est toujours lucide et subtile? J’espère que monsieur Macron vous lit. Même si l’homme intrinsèquement ne change pas il sait que vous avez raison et espérons quelque part il entende pour ne pas se buter plus dans son refus d’obtempérer.On peut rêver !!!

  34. UNE SEULE SOLUTION DEMISSION DU GOUVERNEMENT ET DISSOLUTION DE L ASSEMBLEE

  35. Bravo Mme Polony, enfin une personne sensée qui ose dire la vérité.

  36. Quand vous recopiez intégralement un article, la loi vous punit et la plus élémentaire des politesse est de citer l’auteur/la source

  37. manget claudette // 22 janvier 2019 à 10 h 52 min //

    Bravo Natacha !!! vous avez si bien résume tout ce que pense et vive la plus part des gens qui ne sont ni de droite ni de gauche. Ils qui ont travaille toute leur vie et qui en retraite reçoivent l aumône après avoir été dans la vie active des l âge de 14 ans et qui on fait tous sorte de metiers pour s en sortir.
    Merci a tous ces politiques qui on su si bien couler la France et s octroiyer bien des privilèges et qui laisse sur le bord du chemin la France qui travaille ….etc etc… Bel avenir.

    nt

  38. Frederique Garlaschi // 22 janvier 2019 à 10 h 44 min //

    Merci pour cette réflexion partagée. Juste une petite chose : les mots ont un sens et peuvent en avoir plusieurs. C’est bien sûr cette polysémie, fort habilement utilisée par le gouvernement, qui fait question. Merci de déconstruire la latéralité de son discours pour en proposer une rectitude…

  39. Le Sieur Président doit bien avoir un conseiller quelque part pour lui lire cette lettre non ?

  40. Bravo pour cette lettre. Je suis Fan de Natacha POLONY

  41. QUELQU UN A DIT CECI: Si c’était possible on voterait bien Polony et Plenel,,, question de parité. MAIS JE RÊVE VOTER PLENNEL CE SALAUD QUI EN 1972 AU JEUX OLYMPIQUES DE MUNICH A DIT QUE C ÉTAIT TRÈS BIEN QUE DES TERRORISTES ARABES ASSASSINENT DES ATHLÈTES ISRAÉLIENS. DIRE DES CONNERIES PAREILLES EST INVRAISEMBLABLE. MAIS BRAVO NATACHA QUE MACRON VOUS LISE ET VOUS ENTENDE? MAIS J’AI BIEN PEUR QUE VOTRE LETTRE RESTE LETTRE MORTE, VU QUE JUPITER EST PERSUADE D’AVOIR RAISON TELLEMENT IL EST PLUS INTELLIGENT QUE NOUS. C’EST QUE NOUS LES SANS DENTS NOUS SOMMES TOUS DES ILLETTRÉS, DES PERSONNES REMPLIES DE HAINE,HOMOPHONES ET BIEN D’AUTRES DE SES COMMENTAIRES PEUX ÉLOGIEUX POUR NOUS. QUEL PRÉTENTIEUX CET HOMME

  42. Bravo Natacha,
    Vous avez dit tout haut ce que je pense tout bas. Mais serez vous écoutée par ce petit môssieur qui n’a d’autre point de référence que son nombril, et qui n’oublions pas ne voit la France que comme une start up. Mais il a oublié que le seul capital important dans une entreprise est le capital humain. Et comble de tout il se pense supérieurement intelligent alors que ce n’est que la connaissance parfaite des oeuvres de Machiavel….

  43. Monique MASSON // 22 janvier 2019 à 9 h 39 min //

    Excellent
    Avec tout mes respects

  44. Belle clairvoyance, vous vous perdriez à siéger dans un gouvernement, comme le suggère certain, un gouvernement où la parole compte peu et où elle est parfois contrainte au silence….
    Votre place êtes bien où elle est, dans l’excellence du journalisme que vous pratiquez.
    Merci pour cela et pour la justesse de vos propos.
    Nous en avons besoin pour y voir un peu plus clair, aujourd’hui…

  45. Bonjour
    S’il faut lire tout ce qui se dit et continuer les grands débats attention: Les grands discours font les petites journées et n’apporteront rien de plus dans l’assiette du démuni. Il ne sert à rien de vouloir faire des lois, toujours des lois alors qu’aucune ne sont respectées. Il n’y a qu’une seule loi: OUI à la vie, OUI à la vérité. Non au mensonge, Non à la mort. La crise actuelle repose sur le mensonge qui s’étale de la base au sommet et qui englobent autant riches que pauvres et le plus triste c’est que les contrôles ne servent à rien. Seul la révélation du mensonge fait FOI. Il est nécessaire et urgent de reposer l’économie sur la vérité. Les révélations qui sont faites sur le détournement de fonds publics, la colonisation des sols par la science, la prostitution sociale qui sert cela. Le grand débat s’adresse à des élus non crédibles pour un très grands nombres. Notre système n’est pas respectueux de la famille, ni de la santé, ni du sol nourricier.Il faut retourner à l’origine et repartir sur de nouvelles bases. La 5ème république est morte ou à l’état d’asphyxie. S’il faut faire la liste de ce qui ne va pas, ça va être long. Il suffit de faire sur de nouveaux fondements et d’abandonner la dette à ceux qui en sont les responsables. On ne va pas continuer à cotiser et payer des impôts pour servir la corruption, la prostitution sociale etc. Ce qui est révélé en termes de corruption est subventionné par le social et le syndicalisme: c’est de la prostitution. Voila de quoi la France et l’économie est malade. Dans la prostitution il faut être deux et les femmes seules avec des enfants sont peut être aussi les complices ou les bénéficiaires du social qui sert obligatoirement la prostitution au non de l’intérêt financier. Les enfants sont élevés dans le mensonge et le social finance cela. Le problème est le mensonge du capitalisme comme du socialisme qui sont mouillés tous les deux dans les affaires de corruptions soit comme acteur directe, soit par complicité et irresponsabilités. Il faut du juste et bon sortir des jugements du juridique pour fonder de nouveaux projets indépendamment du mensonge actuel. Le juridique révèle le mensonge, il faut reposer les projets sur la vérité et arrêter de servir l’escroquerie. Il se pourrait que le Président actuel ne soit pas crédible électoralement et qui va faire la lumière sur le sujet ? Le grand débat pose le problème de la crédibilité des interlocuteurs alors ça va être compliqué. Il faut rétablir le juste sinon c’est le chaos assuré. Ce n’est qu’une question de délai.

  46. Cette femme est une vrai et grande journaliste,elle représente la pensée des français .Ce qui n’est pas le cas de ses confrères ,journalistes à la botte des nantis de ce pouvoir qui tiennent entre leurs mains tous les médias.Ou est la démocratie dans un pays ou les médias appartiennent au CAC 40.Ou est l’intégrité de ces vendus de l’information.Oui Madame Polony nous espérons bien vous voir dans un prochain gouvernement ou tout du moins devenir une grande élue de la République.Ne lâchez rien on est avec vous

  47. Un grand merci MADAME ceci n’est pas une critique comme certains le pensent mais un constat clairvoyant. Respect.

  48. Saunard Bettina // 22 janvier 2019 à 6 h 35 min //

    Bonjour Madame Je vous ADMIRE BRAVO Madame
    Bien cordialement
    BS

  49. clair, net, et précis!
    bravo MADAME!

1 7 8 9 10 11 14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*