Lettre ouverte à un Président qui joue avec le feu

Directrice de la rédaction Marianne.net

La grandeur d’un homme d’État est de prendre la mesure des événements, mais aussi de se garder d’instrumentaliser une idée, en l’occurrence la défense nécessaire du mérite et de l’effort, dans un but politicien.

Par Natacha Polony

Monsieur le Président, vous êtes un alchimiste. Vous êtes passé maître dans l’art de changer l’or en plomb. Après neuf semaines d’une crise comme le pays n’en avait pas connue depuis longtemps, vous, Monsieur le Président, devriez être tout entier absorbé par la recherche d’une réponse politique qui rassemblera les Français divisés et permettra de renouer le lien de confiance abîmé, non par ces manifestations, mais par des décennies de confiscation de la démocratie représentative. Eh bien non. Vous préférez piétiner les belles promesses lancées lors de vos vœux, sur les « mots qui ont pu blesser », et jeter un peu plus d’huile sur le feu, histoire de voir si l’on ne pourrait pas provoquer l’explosion finale. Et ce faisant, vous salissez un discours essentiel sur le sens de l’effort et le dépassement de soi, vous avilissez une réflexion sur la beauté des gestes qui anoblissent l’être humain. Monsieur le Président philosophe, vous rabaissez finalement tout à votre mesure, celle d’un politicien.

Ainsi, devant une assemblée de maîtres boulangers, vous évoquez le sens de l’effort. Grande et belle cause. Notre société crève de ne pas valoriser le mérite et le don de soi. Notre société se perd dans le culte de la facilité, de l’immédiateté. Il y avait tant de chose à dire face à des artisans, des hommes qui se lèvent au milieu de la nuit pour nourrir leurs semblables et donner le meilleur d’eux-mêmes. Vous eussiez pu développer cette distinction majeure entre travailler et œuvrer, le premier évoquant la torture quand l’autre nous élève vers l’essentiel. Vous eussiez pu vous lancer dans une critique de notre organisation économique entièrement fondée sur la consommation, c’est-à-dire l’excitation des pulsions et le fantasme de combler par la possession le vide de nos existences. Il eût été possible, par là même, de s’adresser à ces gens que notre société écrase sous les dépenses contraintes, devenues peu à peu indispensables pour ne pas se trouver totalement désocialisé. Il eut été possible de dessiner un autre horizon, de rendre leur dignité à tous ceux qui accomplissent une tâche noble et s’épanouissent dans la précision d’un geste et la perpétuation d’un savoir-faire.

De quels troubles voulez-vous parler ?

Vous avez trouvé plus urgent de déclarer : « Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (…) il y a des devoirs. » Mais de quels troubles voulez-vous parler, Monsieur le Président ? Imaginez-vous une seconde qu’un tel discours puisse apparaître autrement que comme une leçon donnée à ceux qui clament leur détresse depuis le mois de novembre? Et croyez-vous qu’il soit opportun de tenter un appel du pied aux Français fragilisés par plusieurs semaines de manifestations, à ces commerçants et artisans dont certains risquent de déposer le bilan, alors qu’ils payent tout autant votre refus d’apporter des réponses politiques à cette crise ?

Il suffit d’avoir discuté quelques minutes avec certains de ces citoyens qui, dès le 17 novembre, ont crié leur colère sur des ronds-points, pour avoir pu constater qu’un très grand nombre étaient issus de ces artisans, commerçants et petits employés qui se lèvent tôt et ne comptent pas leurs heures. Les premières revendications de ce mouvement étaient de pouvoir vivre décemment de son travail. C’est d’ailleurs ce qui a valu d’emblée à ce mouvement d’être classé par certains commentateurs dans la catégorie des déclinaisons douteuses du courant poujadiste. Nombre des premiers Gilets jaunes étaient des femmes célibataires avec charge d’enfants, ces femmes qui sont les premières victimes des temps partiels contraints et les premières frappées par la misère. Rien à voir avec un quelconque éloge de l’assistanat.

Que sont donc Amazon ou Airbnb, qui ruinent nos commerçants et nos hôteliers ?

Allons plus loin. Depuis votre campagne électorale, vous nous vantez la « start-up nation », la mobilité, l’économie fluide. Rien de plus immobile qu’un boulanger. Rien de plus pérenne que le savoir-faire artisanal. Rien de plus éloigné de votre modèle que ce sens de l’humilité au service des autres. Les start-up sont ces entreprises créées par des jeunes gens qui font parfois des millions sur une simple idée. Celles qui ont réussi et constituent des modèles de votre monde moderne s’appuient sur le travail et les biens produits par d’autres pour faire de l’argent sur la simple mise en relation. Que sont donc Amazon ou Airbnb, qui ruinent nos commerçants et nos hôteliers ? Ne parlons même pas de ces banquiers d’affaires qui gagnent des millions en organisant des transactions entre multinationales.

L’entregent relève-t-il de ce que vous considérez comme le « sens de l’effort » ? Le capitalisme financier dont vous défendez farouchement les mécanismes est le type même d’organisation économique qui se contrefiche du mérite et récompense la capacité à faire de l’argent avec de l’argent, quitte à ruiner les producteurs les plus fragiles. Un genre de cordée sans effort, dont les premiers ne sont pas, loin s’en faut, les plus méritants.

La grandeur d’un homme d’Etat est de se garder d’instrumentaliser une idée

Vous allez encore vous insurger contre des médias malveillants qui monteraient en épingle une « petite phrase ». Mais les mots ont un sens. Et ils sont prononcés dans un contexte. La grandeur d’un homme d’Etat est de prendre la mesure des événements, mais aussi de se garder d’instrumentaliser une idée, en l’occurrence la défense nécessaire du mérite et de l’effort, dans un but politicien. La situation que nous vivons est inflammable. La responsabilité exige de tout faire pour apaiser, pour éviter de dresser les uns contre les autres, car les extrémistes de tous bords sont à l’affut des faiblesses de la République. Forcez donc votre nature et ne leur faites pas ce genre de cadeau.

50 commentaires sur Lettre ouverte à un Président qui joue avec le feu

  1. Il prône la mondialisation, donc l’augmentation du pouvoir des multinationales dont il est garant au détriment de la democratie…au détriment du peuple.
    Merci beaucoup Madame pour votre analyse.

  2. bonjour Madame, encore une fois , j’ai apprécié votre analyse. moi aussi je ne comprend pas ce mélange de sourire enjoleur et ces phrases qu’il ferait mieux de ne pas dire ou bien de dire autrement. je vous écoute tjs sur FI et je suis admirative d’écouter votre calme en toutes occasions. je vais vous faire parvenir un mail par l’intermédiaire de FI sur la ville de Trappes et son projet de n 10 imposé aux riverains. j’espère qu’il vous arrivera et que vous pourrez en parler sur Marianne. bien à vous Madame

  3. heureuse de vous découvrir dans ce registre de journalisme.. plutôt que dans une certaine émission de télé
    Bravo et continuez

  4. mancip josette // 19 janvier 2019 à 15 h 38 min //

    merci Madame pour toute ces vérités

  5. Bravo Madame !! Vous avez tout compris!! Le peuple souffre ! Nous n’avions jamais été traité de la sorte!! Nous sommes sous la coupe d’un Président indigne d’être Président !!

  6. En effet vous avez mis le doigt sur le principal problème de la France : part et de l’ascenseur social par la destruction de la classe moyenne .
    Votre analyse est bien menée comme d’habitude, vous ne me décevez jamais

  7. Bonjour Madame,
    Comme j’aime à le dire, « j’adore Natacha Polony » et nombre de commentaires ci-dessus confirment l’attachement à cette personne, c-à-d vous. Merci de nous asseoir dans nos ressentis. Juste un petit commentaire supplémentaire qui fait mentir Macro une fois de plus: Vous écrivez: « certains de ces citoyens qui, dès le 17 novembre, ont crié leur colère sur des ronds-points, pour avoir pu constater qu’un très grand nombre étaient issus de ces artisans, commerçants et petits employés qui se lèvent tôt et ne comptent pas leurs heures. Les premières revendications de ce mouvement étaient de pouvoir vivre décemment de son travail. » N’oublions pas ce courageux boulanger qui vient d’être condamné pour avoir eu le courage de travailler 7 jours/7. Ultime non-sens et irrespect de la liberté de travailler. Le monde à l’envers. D’autant plus que déjà Sarkozy disait: »travailler plus pour gagner plus »!!! On ôte toute possibilité aux gens volontaires et courageux. En plus, il risque de devoir licencier du personnel. Honte aux décisionnaires

  8. Bonjour Madame, bravo pour votre article

  9. Ne pas oublier les retraités, travailler toute une vie pour 800 € de retraite quelle honte, Macron dit faîtes des efforts qu’il en fasse lui, nous allons droit dans le mur car il est borné
    Votre lettre est remarquable merci à vous

  10. Madame, pourquoi ne pas diffuser votre admirable jugement par le journal télévisé voir les terriens
    Qui est beaucoup regardé.Merci
    Ph. CLÉMENT

  11. Hoeusler Philippe // 19 janvier 2019 à 14 h 46 min //

    Comment croire qu’un homme peut changer notre destin Macron n’est que complice par la force des choses et du pouvoir en place:tant que nous accordons un rôle sacré à la présidence, nous restons aveugles autant que les « régnants sont sourds ».

  12. nadine duquesne // 19 janvier 2019 à 14 h 39 min //

    merci madame Natacha Polony un très grand bravo pour répondre à ce roi

  13. MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

    Cette lettre, je vous l’écris, pour vous dire que je n’ai aucune envie de participer au grand débat car j’aime trop le dialogue et la concertation. Cela peut vous paraître paradoxal mais cette décision résulte du fait que vous n’avait affiché aucun désir d’entretenir un début de dialogue. Tout d’abord, vous avez retenu quatre thèmes, la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté et enfin l’organisation de l’Etat et de ses services publiques. Si, ne retenir que ces quatre thèmes peuvent déjà susciter à controverse, vos déclarations ou celles de vos ministres et de votre porte parole indique que ce débat n’emmènera aucun changement. En effet, à maintes reprises il a été déclaré que vous ne changerait rien de ce que vous avez déjà fait, et que de plus, vous ne changerait pas de votre future politique et que vous voulez accélérez sa mise en place d’une façon encore plus radicale. Alors, si les français qui participent à ce débat, ne peuvent en aucune façon infléchir un tant soit peu votre politique, comment pourrions nous nous projeter dans un avenir où l’écologie, la citoyenneté, la fiscalité et la démocratie serait enfin un axe de réconciliation de tous les français ? Ce constat peut paraître terrible, mais il en est un qui l’est encore plus. Vous avez commencé votre quinquennat avec cette image de Jupiter, celle de Louis XIV alors qu’aujourd’hui vous êtes plus l’image d’Henri III. De grâce, et je vous en supplie, ne devenez pas notre nouveau Louis XVI. Malheureusement, cette coïncidence historique n’est pas la seule et me fait penser que vous êtes devenu un anachronisme. Cette remarque peut paraître dure, mais elle s’appuie sur ce que vous avez présenté aux français. Vous nous avez vendu, afin de redresser l’économie de notre pays, votre doctrine du ruissellement mis en image par les premiers de cordée. Cette doctrine, annoncé comme nouvelle, n’est ni plus ni moins que celle d’Adam Smith, théorisé dans son livre l’Origine de la richesse des Nations publié en 1776. Permettez moi de vous dire que l’on pourrait être un peu plus moderne. De plus, cette théorie, merveilleuse sur le papier, n’a jamais pris en compte la psychologie humaine, le fait que ceux qui gagnent beaucoup d’argent, pensent plutôt en priorité à gonfler leur capital plutôt qu’à le redistribuer. Les exemples historiques ne manquent pas, tout comme elle a engendré des théorie contraires (manifeste du parti communiste). De grâce, ne retournons pas en arrière, dans le 20ème siècle, celui des idéologies qui a connu deux guerres mondiales et de multiples génocides. Si vous devez vous inspirer de l’histoire, prenez comme modèle Henri IV, le roi qui a rassemblé les français en des temps de guerre civile, ou Napoléon pour ses réformes des institutions. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire aider par un ou plusieurs Cambacérès. Pour vous aidez, je ne peux que vous donner mon humble avis, l’avis d’un humble (d’un sans dent comme disait votre prédécesseur) sur ce qui je pense pourrait être utile à notre pays. En premier lieu, avant de faire toute réforme, c’est d’être exemplaire sinon aucune de vos entreprises ne pourra connaître le succès.

    1) Réduire considérablement votre salaire, celui de vos ministres ainsi que ceux des députés et des sénateurs. De même, réduire les frais de fonctionnement de l’Élysée, de Matignon, de l’Assemblée Nationale et du sénat. Abolir tous les privilèges qui ont été arrogés depuis de trop nombreuses années pour tous les élus ainsi que tous les anciens.

    2) en finir avec l’évasion fiscale et toute forme d’optimisation fiscale concernant les particuliers ainsi que les entreprises qui s’y adonnent.

    3) création d’une taxe d’un montant de 0,1 % sur le montant de toutes les transactions boursières effectuées en France.

    Pour ces deux mesures, ,vous me rétorquerez que c’est impossible à mettre en place, que tous vos partenaires européens s’y opposeront et que vous affaiblirez la compétitivité de notre pays. Nous savons tous que si nous attendons qu’un de nos partenaire décide d’agir, il ne se passera rien. c’est à ce moment précis que vous allez enfin entrer dans l’histoire, en affirmant haut et fort que si tous les pays européens ne souscrivent pas à ce projet, vous sortirez de l’Europe. Croyez-vous que l’Allemagne sera prête à courir le risque, alors que le Royaume Uni est déjà parti et que l’Italie vous emboîtera aussitôt le pas ? Ensuite, vous pourrez enfin, mettre en place une Europe à laquelle aspirent nombre de nos concitoyens européens :

    4) création d’une Europe harmonieuse en matière de fiscalité et social.

    5) en raison de ces nouvelles recettes créées, vous pourrez enfin diminuez la fiscalité de toutes les TPE et PME afin de libérez le travail tout en augmentant significativement les salaires afin que tous les travailleurs puissent enfin vivre dignement du fruit de leur salaire.

    6) changez les conditions de la représentation nationale. Remettre de la proportionnalité dans notre système démocratique ne me paraît pas aberrant, et même sain. c’est pour cela que je me permet de vous proposer une idée : pourquoi le premier tour des présidentielles ne servirait pas aussi à élire nos députés. Cela mettrait fin à ce qu’un président ayant recueillit seulement 24 % des votes au premier tour puisse détenir 70 % des députés. Vous me rétorquerez qu’en regard des dernières élections présidentielles le pays serait ingouvernable. Je vous répondrais que les français ne sont pas idiots, et qu’ils vous l’ont prouvés lors des dernières législatives. l’effet serait que les deux candidats voulant être au deuxième tour devront faire l’osmose quant à leur programme ainsi qu’à la vision d’avenir proposé aux français.

    7) que nos retraités ne soient plus obligés de travailler afin de survivre, que leur retraite, qu’ils ont dûment gagnés au cours d’une vie de labeurs, puisse leur permettre de vivre décemment.

    8) que les handicapés ainsi que les naufragés de toutes sortes de la vie sociale soient enfin considérés et que tout soit mis en œuvre pour leur insertion dans notre grande société.

    Après que toutes ces mesures seront adoptées, afin de répondre à l’urgence sociale de notre pays, mesures qui peuvent être mise en place très rapidement si les trois premières sont appliquées, il vous restera le plus grand défi, notre avenir écologique ainsi que celui de nos enfants.

    9) Libérez toutes les forces créatives de notre pays pour un avenir écologique positif et non punitif.

    Mettre en place toutes ces mesures, vous donnera dans l’histoire une place incomparable, mais aussi une place dans tous les cœurs des français et de tous les citoyens européens.

    Après avoir lu cette lettre, vous pouvez sourire, targuer que je ne suis qu’un doux rêveur. Peut-être, mais j’en ferais encore appel à l’histoire. Le 28 Août 1963, Martin Luther King a fait un discours célèbre au nom de I have a Dream et 46 ans plus tard les Etats Unis élisaient le premier président noir de leur histoire. Alors, permettez moi de rêver, et même plus encore : vivre mes rêves et non plus rêver ma vie.

    PS : je tiens à vous précisez que je ne fait partie d’aucun parti politique, à aucune mouvance qu’elle soit d’extrême droite ou de gauche, que je n’adhère à aucun syndicat, que je n’ai participé à aucune manifestation des gilets jaunes ( donc je ne suis pas un extrémiste ni un factieux) mais que je partage les raisons qui les ont amené à manifester pacifiquement.

    Riviere Walter

  14. Je pense que c’est Natacha qui met de l’huile sur le feu. Quarante ans de laxisme et on voudrait tout changer avec une baguette magique?

  15. bravo Natacha

  16. Philippe-Charles Krug-Basse // 19 janvier 2019 à 14 h 10 min //

    Madame,
    Ce petit mot pour vous réaffirmer une nouvelle fois ma reconnaissance et mon admiration pour la brillance et la sagesse de vos analyses.
    Il y aurait bien d’autres point à aborder, mais si nous développions tout ce qu’il y a à changer dans notre beau pays, nous n’arriverions à aucune autre conclusion qu’il faille tout remettre à plat et réécrire une nouvelle constitution avec l’abrogation immédiates de tous les privilèges en tous genres.
    Merci, merci, merci mille fois pour votre lettre, qui je n’en doute pas, ne recevra aucune réponse du Président de la République, pas plus que les trois missives que je lui ai envoyées en lettre recommandée avec avis de réception ou en lettre suivie.
    Nicolas Sarközy et François Hollande n’ont pas été plus brillant que l’actuel occupant du Palais de la Pompadour, mais au moins avaient-ils l’élégance et la correction de répondre aux courriers qui leurs étaient adressés.
    Outre ses nombreux défauts dont en particulier son arrogance et son mépris pour ce qu’il ose appeler son peuple, cet édile suprême arrivé par défaut n’a pas la moindre once des vertus des deux prédécesseurs.
    A vous lire à nouveau avec plaisir.

  17. Merci Madame POLONY !

  18. Bravo Madame, sincèrement. Il est d’ailleurs surprenant que vous puissiez encore vous exprimer librement, vous n’êtes plus très nombreux. Ou peut-être le pouvoir en place estime-t-il que nous n’avons pas les moyens intellectuels de vous lire et encore moins de pouvoir vous comprendre …
    Mais que se passera-t-il quand le peuple aura conscience que le but ultime de Macron est d’abandonner totalement à terme notre souveraineté à l’Europe de Bruxelles?

  19. Merci Natacha ! Cadeau ! C’est mon jour anniversaire !
    J’ai une formule à vous prêter. Vous me la rendrez ou pas.
    La voici :  » L’insoutenable légèreté d’avoir « . Et c’est pour qui ? Pour nos concitoyens qui, comme la nature qui dit-on a horreur du vide, se laissent happés par la chose matérielle pour remplir leur petite vie de con, et qui nous polluent notre environnement social!

  20. Bravo et merci Madame Polony ! Votre analyse est très juste. Ce Président est hors sol et d’une grande malhonnêteté intellectuelle. Son grand débat n’est ni plus ni moins qu’une promotion de SA politique, la seule la vraie selon lui et, comme tout le monde l’aura compris,sauf un faible pourcentage de gens qui l’appuient, une manœuvre dilatoire !

  21. Bernadette BOUCHE // 19 janvier 2019 à 13 h 26 min //

    bonjour, Natacha
    Pourquoi ne pas vous présenter comme députée ,vous êtes capable,je pense que vous seriez plus utile au gouvernement que de jeter de huile sur le feu ,bravo pour vos idées qui attise encore la colère ,est_ce que vous pensez que c est la logique, pour moi ce n est pas facile de redresser le pays alors que depuis des années rien n à bougé,il qu il ne faudrait pas mieux que vous alliez dans les débats , et ce n est pas d aujourd hui que cela va mal dans notre pays et jamais vous n avez flageller les dirigeants antérieurs comme cela

  22. Bibert André // 19 janvier 2019 à 13 h 05 min //

    La réforme de la fiscalité est une justice, car depuis que cette fiscalité a été instaurée, elle a été la plus injuste envers le peuple. Car la TVA et les TAXES sont payés au même taux par tous les Français et Françaises. Pourtant tous le monde n’a pas le MÊME revenu ?
    Les politiques ont pensés a instauré des tranches pour faire payer l’impôt sur le REVENU. Cet impôt prend en charge un revenu minimum pour en dispenser certains. Mais ne réduit pas l’injustice de la TVA ET DES TAXES.

  23. Madame POLONY tout d’abord félicitation pour ce courrier à notre président.
    Néanmoins j’aurai une question à vous poser : Pensez-vous sincèrement que le comportement de ce personnage, notre président, soit de nature à comprendre vos propos ?
    Merci par avance de votre réponse…

  24. Bravo pour ces vérités et mises en garde !

  25. Bravo madame vous êtes une journaliste qui fait honneur au professionnalisme de l’information . J’admire vôtre analyse neutre objective réaliste logique, maîtrisée dans le langage et les idées . Très bien écrit, j’approuve votre sens de la justice et votre respectueuse clairvoyance !!!

  26. Francavilla // 19 janvier 2019 à 11 h 59 min //

    Bravo madame , gilet jaune .Le problème si explicite. Le président trace sa route tout seul sans les français.

  27. Le RIC est la seule issue pour sortir ce pays du chaos, le peuple français souhaite participer un peu plus à la politique de la France. Stop à la monarchie, qui divise une fois à gauche, une fois à droite, incapable de gouverner ensemble ..!!

  28. Bravo madame
    Si seulement nos politiques avaient votre mentalite et votre honnetete nous ne serions pas dans la panade.
    Merci à vous

  29. Tout est dit. Bravo Natacha Polony. Très bonne analyse.
    Le gouvernement aurait besoin de personnes comme vous.

  30. Une coquille ne peut « camoufler » le reste du texte admirable de N.P.

  31. Mme Polony, journaliste oui … votre il faut y a ka faut kon, faites ceci, faites cela attention … etc. Une simple question, plutôt que d’être journaliste pourquoi n’êtes vous pas sur le terrain en vous faisant élire pour faire de la VRAI politique concrète en mettant les mains dans le cambouis puisque vous avez toutes les solutions aux problèmes plutôt que de faire du virtuel théorique bien assise au chaud ?

  32. Philippe SEVESTRE // 19 janvier 2019 à 11 h 07 min //

    Voir avec délectation les gens s’échiner dans leurs efforts pour survivre est une contemplation indécente de rentier. Mais en plus, se permettre de faire la morale cela devient vraiment obscène.

  33. BRAVO GRANDE DAME ! vous ,savez trouvér les mots justes car on sent chez vous une personne D Amour et d Émotion
    Notre président ne merite pas d être président !Il représente tout ce que l on peut détester de cette société : C est un parvenu !! Il n aime pas notre pays il n aime pas le Peuple Que fait il la ? Je his tres triste et très peu fière qu il ait réussi à diriger notre pays .J espère que cette crise va pouvoir redonner à notre pays toutes les Valeurs qu il a perdues..et que cet imposteur va comprendre pourquoi nous le détestons Saura t il se retirer ?

  34. Votre bon sens, votre audace, votre esprit analytique et votre intuition vous honorent.
    Tout cela est juste, simple, évident, et humain. Il arrive ce que le scénario avait prévu, le Président est certes bon acteur, mais certainement pas un vrai réalisateur. Pas digne d’un cahier d’un cinéma tragi-comique.

  35. Winterstein // 19 janvier 2019 à 10 h 41 min //

    Bravo ! Vous avez tous dit. Venant d’une journaliste cela a bcp plus d’impact car le choix de vos mots est juste.

  36. Excellente analyse

  37. Didier Dumonteil // 19 janvier 2019 à 10 h 06 min //

    Enfin une journaliste digne de ce nom. On ne pouvait pas mieux définir l’attitude du président et j’espère qu’il tiendra compte de l’avertissement sinon ce sera la révolution.

  38. Jean-Paul VOISIN // 19 janvier 2019 à 10 h 02 min //

    Je n’ai pas pour habitude de me lancer dans la flagornerie, mais il arrive un moment où il faut dire ce qui est bon afin de mieux l’apprécier. En écrivant cela, je pense à ces femmes, cultivées, rayonnantes de vie, intègres et qui acceptent de mettre en avant quelque chose qui est plus grand qu’elles. Je fais allusion à : Marie-Claude BOUCHER, Natacha POLONY…

  39. C’est simplement bon. Merci pour cette mise en garde. A bon entendeur !

  40. L’exercice de vous écrire un commentaire dans un aussi petit rectangle avec un téléphone portable est un exercice périlleux car la relecture et correction sont quasi impossible.. mais soyons courageux en ce samedi patin, je m y risque :

    M Merci Madame POLONY pour toutes vos interventions qui sont parfaitement fondées. Malheureusement, je crains que vos tentatives pour faire changer nos dirigeants restent lettre morte parce que d’une part la place est bonne et d’autre part, ils (présidents, gouvernements, députés, sénateurs etc) ne règleront pas nos problèmes économiques car ils préfèrent l’idéologie géopolitique (bloquer la Russie comme Napoléon je crois et on sait où ça a conduit notre pays..) plutôt que de lutter efficacement contre le dumping social de l’est de l’Europe ex (mais je ne vous apprends rien) :
    – 38,33 euros de l heure en France
    – 9,85 euros en Pologne,
    – 6,59 euros en Roumanie,
    – 5,26 euros en Bulgarie

    Donc, en resumé, je pense que le changement d’en haut est impossible avec cette équipe.
    Ne pensez vous pas que la seule solution serait de suggérer aux électeurs les vraies causes de notre problème économique qui sont certainement Maastrich, l’Euro et la mondialisation basée sur la théorie bidon de david ricardo l’autodidacte adulé par la caste des énarques ..?

    J ai donc choisi cette solution. En proposant des exigences aux électeurs, ils choisiront une nouvelle équipe qui s’engagera à exécuter leurs (nos) volontés. Voici les miennes postées ce matin sur les sites des Gilets Jaunes :

    Mes thèmes généraux sont :
    – ZERO NANTIS DANS LA REPUBLIQUE
    – Plus (+) de pouvoir d’achat,
    – Surveillance du politique par le citoyen

    En détail mais sans ordre particulier:

    1) Un RIC raisonnable..

    2) Baisse les taxes sur les carburants

    3) Baisse immédiate et drastique du prix des autoroutes

    4) Baisse TVA pour les produits de base

    5) Contole efficace des dépenses des mairies ou communautés d agglomérations (ex rond point absurde)

    6) Diminuer les exigeances de contole technique pour les automobiles qui deviennent absurdes

    7) Fonctionnaires (toutes catégories) : baisser immédiatement les salaires, supprimer les avantages et que les conditions de retraite soient au meme niveau que le privé (pas de nantis dans la république !)

    8) Suppimer immédiatement le Sénat qui ne sert plus à rien et qui nous coute un poignon de dingue

    9) Réduire immédiatement d’un tier le nombre députés et baisser leurs salaires, supprimer les avantages et que les conditions de retraite soient au meme niveau que le privé (pas de nantis dans la république : servir la Nation est un honneur et ne doit pas être plus rémunéré qu’un job équivalent dans le privé)

    10) Supprimer immédiatement salaires / retraites et avantages des anciens présidents et premiers ministes (retraite au même niveau que le privé)

    11) Augmenter les bas salaires ..
    Le.job du President et de son gouvernement est de trouver des solutions. Ce n est pas à nous de le faire mais voici une idée : étant donné qu’un job d’ouvrier paye 600 euros de plus par mois qu’un job de base dans la grande distribution -J Sapine, il faut donc rappatrier nos usines en remettant des droits douane pour.compenser les écarts de salaire en Europe (dumping social) :
    – 38,33 euros de l heure en France
    – 9,85 euros en Pologne,
    – 6,59 euros en Roumanie,
    – 5,26 euros en Bulgarie
    Nous payons aujourd’hui l’arnaque de Maastrich et de l Euro.
    Si les usines de sont pas relocalisées en France, les 3% de déficit exigés par Bruxelles ne pourront être respectés qu’en :
    – Continuant d’augmenter les taxes
    – Supprimant la moitié des hôpitaux restants
    – Supprimant la sécurité sociale
    – Diminuant les retraites
    – Diminuant les allocations chomage
    Etc..
    Une économie seulement basée sur de la distribution ne peut pas fonctionner !

    9) Rétablissement du 90

    10) Autre ?

  41. Bravo , Madame , je vous regarde souvent en soirée , sur la Huit , et cette lettre ne fait que confirmer la bonne opinion que j ai de vous et de vos idées , Il serait temps , oui , que le gouvernement descende de son perchoir , d ou il ne voit rien et continue d ignorer, ou de feindre , ce qui se passe en bas , avec mépris . Sans la France  » dite d en bas  » ( et je n aime pas cette expression ) nous n aurions pas besoin de lui , On ne fait pas un pays qu avec des cadres et des cadres sup . Alors qu ils fassent en sorte que tout le monde puisse vivre décemment . Merci Madame

  42. jean-francois // 19 janvier 2019 à 9 h 37 min //

    je crois que l’on oubli trop souvent que E. Macron n est pas un homme politique au sens strict du terme, c est un lobbyiste.De-lors, on entend bien que son agenda n est pas la condition de « son » people.

  43. Bravo et merci Madame vous avez bien compris nos revendications vous admire engin quelqu’un qui ose dire à Macron qu’il arrête de se prendre pour Dieu encore merci pour cette lettre….

  44. Madame POLONY je vous suis à 100 %, votre publication est clairvoyante. J’ai pu déjà le constater lors de vos interventions télévisuelles. Ne sommes nous pas déjà à un point de non-retour. Le grand débat prend l’eau de toute part, c’est bien de séduire les maires, mais ce n’est pas un grand tour de France qui réconciliera Monsieur MACRON avec comme il le dit si bien « son Peuple ». Tant qu’il sera dans le déni des Gilets Jaunes, rien ne pourra se résoudre. Les prédécesseurs nous ont certes amené à cette situation mais Monsieur MACRON a allumé la mèche et rien n’y fera, les Gilets Jaunes ne retourneront pas dans leur coquille et savez-vous pourquoi, ils ont retrouvé SOLIDARITE, AMITIE et surtout une CONFIANCE INEBRANLABLE en eux alors qu’ils ont été si souvent méprisés. Retournés chez eux c’est Mourir alors tant qu’à faire Mourir sur les Rond-Point.

  45. Le Gwenn Herve // 19 janvier 2019 à 9 h 21 min //

    J’ai le même ressenti que vous Natacha. J’ai voté pour ce jeune homme qui arrivait de nulle part, qui donc pour moi pouvait être autre chose que Hollande, Sarko et consorts. Patatras, les mots ont été lachés, des mots qui m’ont abasourdi des mots qui montrait tout le mépris du jeune homme a qui tout a réussi depuis toujours et qui ne comprends toujours pas comment les autres vivent dans la misère. Il ne change pas et continue a traiter les autres de feignants, de rien. Sont regard sur le peuple ne change pas et ne changera hélas pas.

  46. Piot Laurent // 19 janvier 2019 à 9 h 13 min //

    La grandeur d’un journaliste est de prendre la mesure des événements, mais aussi de se garder d’instrumentaliser des ressentis , en l’occurrence une atitude jugée meprisante, une instrumentalisation politicienne des troubles sociaux , dans le but d’une performance journalistique editoriale.
    Non je ne vous suie pas du tout dans ce rouleaux compresseur de la critique facile avec les expressions repaires récurrentes usée jusqu’à la corde comme le « capitalisme financier » qui ponctue tout les discours du genre

    Par contre , certain mots sont donc eux a proscrire définitivement ?
    Mr Macron n’aurait par exemple plus la possibilité d’employer le mot « effort »  sans être accusé de tout les procès d’intention ?
    Et a quel moment mr Macron aurait il été méprisant avec les boulangers ?
    En quoi aurait il minoré les « efforts » specifique de cette profession qu’il
    n’oppose a aucune autre!!
    Mais pourquoi n’aurait il pas la possibilité de l’aparté sur l’effort qui est indéniable dans cette exemple ?
    Pourquoi cette envolée sur les conséquences du consumérisme qui ne sont quand même pas du fait du seul Mr Macron mais de la nécessaire conscience de tout un chacun !
    La vérité c’est que votre fonction est de toute façon dans la raillerie et critique permanente
    Votre role est indéniablement utile dans notre démocratie ou detracteurs et contre pouvoirs en sont les garants
    Très modestement dans ce petit commentaire mon role de citoyen sera de dénoncer la mystification de votre dénonciation et apporter une tonalité differente dans ce concert de louanges sur votre lettre

  47. bravo à vous madame, allez plus loin et représentez-nous au gouvernement, nous serons nombreux à vous suivre car nous sommes nombreux à vous apprécier !!!!!!

  48. molenda-pruvost // 19 janvier 2019 à 8 h 51 min //

    bravo madame pour votre lettre mais je crains que notre Président ne le voit pas ainsi

  49. Bonjour Madame poleny
    Vous avez résumé en quelques lignes ce que les Français demande
    vous avez un discours logique et je vous en remercie pour cette lettre qui exprime nos besoins nous ne vivons pas nous sommes dans le désarroi nous ne savons pas quel avenir se trouve devant nous avons peur de nous retrouvé dans la rue nous n’en pouvons plus du Président et sa tribu ils comprennent pas dans quelle quel désarroi nous sommes un grand Merci pour votre courrier qui nous réconforte

  50. Bravo Natacha ! mais difficile à comprendre et à faire comprendre à un pervers narcissique de son espèce !

1 2 3 4 5 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*