Attention ! Le gouvernement envisage un nouveau dérapage fiscal.

N’oublions pas, Emmanuel Macron qualifiait la taxe d’habitation « d’impôt injuste ».
En juillet 2017 il déclarait devant le Sénat : « Mon souhait, c’est que nous allions plus loin parce que oui, un impôt qui serait in fine payé par 20% de la population, ce n’est pas un bon impôt. »

Voir ICI

Au terme d’un discours fleuve d’Emmanuel Macron devant 16.000 maires français jeudi 23 novembre 2017, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a annoncé que la suppression de la taxe d’habitation concernerait « 100% des Français » après 2020. Donc une promesse gouvernementale maintes fois confirmée depuis.

Mais aujourd’hui, le gouvernement se contredit et envisage le contraire, menant une guerre sans fin contre les classes moyennes. :

  • La possibilité de maintenir la taxe d’habitation pour les 20% de ménages les plus aisés « est sur la table », a indiqué lundi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, rejetant l’argument de rupture d’égalité devant l’impôt.
  • Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est dit ouvert dimanche au débat sur certaines mesures qui n’ont pas encore été mises en place, telle que la suppression de la taxe d’habitation pour les 20% des ménages les plus aisés.
  • Alors que le Conseil constitutionnel avait prévenu que maintenir la taxe d’habitation pour seulement une partie de la population constituerait une rupture d’égalité devant l’impôt, le porte-parole du gouvernement a estimé qu’« on ne peut pas nous expliquer qu’il faut plus mettre à contribution ceux qui ont plus et quand c’est fait, invoquer l’égalité devant l’impôt ».

Comment peut-on faire confiance à un gouvernement qui ne respecte pas ses engagements ? Et après, ministres et députés de la majorité s’étonnent que les Français en aient « ras le bol ».

4 commentaires sur Attention ! Le gouvernement envisage un nouveau dérapage fiscal.

  1. Les promesses n’engagent que celles et ceux qui les écoutent !Vieille ficelle politicarde que le nouveau monde du « chérubin de Palis » n’hésite pas à utiliser.

  2. Jacques Payen // 7 janvier 2019 à 17 h 19 min //

    Les signaux que le gouvernement envoie sont ceux d’un navire en perdition dans une tempête qu’il est incapable de maitriser. Illustration, cette bouteille à la mer, à propos de la taxe d’habitation.

    De plus le « grand » débat annoncé est fort bien perçu par la population comme un leurre. Ce qu’il sera en effet. Car le chef de l’Etat a confirmé qu’il n’y aurait pas de changement de cap.
    Rien de substantiel (à part de l’enfumage) ne pourra donc sortir de ces « grandes » parlotes, en terme macro-économique et social, et cela tout le monde le comprend.

    Le voudrait-il d’ailleurs, notre ex-Jupiter, qu’il serait incapable de renoncer à sa politique sans trahir son crédo européiste au service des puissances financières, sans remettre en cause les Traités qui nous ficellent, et notre soumission aux orientations imposées par Berlin ! Qui peut croire à une telle métamorphose ?

    En conséquence, le pouvoir se retrouve dans une totale impasse. Voilà pourquoi ceux qui veulent sincèrement une profonde et véritable remise à plat dans notre pays (politique, économique, sociale, européenne) doivent continuer à soutenir l’action des Gilets jaunes non-violents, qui sont l’immense majorité. En ne se laissant pas abuser par les provocations policières, ordonnées par un gouvernement à la ramasse.

    Ce mouvement a réveillé des énergies insoupçonnées. Il est venu interrompre un processus de lente et mortelle décomposition nationale.
    Qui imaginait, il y a 3 mois, revoir flotter dans nos rues et sur nos routes, fièrement, les couleurs de notre drapeau ?
    Ce mouvement porte en germe un potentiel, sinon une promesse de renaissance. A nous gaullistes de saisir cette opportunité ! A nous de conforter ce mouvement et de l’aider à prendre une dimension hautement politique !

  3. Il n’y a pas de nouveau dérapage fiscal mais un aménagement d’une « réforme fiscale » douteuse qui remettait en question la libre administration des communes ce qui est au fondement du pacte républicain énoncé par la IIIè République.
    La taxe d’habitation a beau être assise sur des données économiques obsolètes ce n’est pas une raison pour la « réformer » ainsi. Il convient de réétudier ses bases pour la refonder de manière plus égale en fonction de la valeur réelle du bien immobilier.

  4. On détricote?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*