« Arrêtez d’emmerder les retraités »

par Alain Kerhervé

Telle est maintenant la consigne Élyséenne. Satisfaction !

Le gouvernement doit la prendre en considération, sans mettre en cause la nécessaire réforme des retraites annoncée.

Hier soir, autour d’une table, un ami (qui m’est très cher !) m’a suggéré de préciser ma position sur ce problème. Je le fais donc volontiers.

Il convient d’aborder ce sujet sur deux aspects.

  • Le premier concerne les retraités d’aujourd’hui.

Le mode de calcul ne va pas changer avant 2025 *

Le principe même de la retraite par répartition qui découle notamment des mesures adoptées à la libération dans le cadre du programme du CNR (Conseil National de la Résistance) est basé sur une équation simple. Les actifs d’aujourd’hui cotisent au régime de retraite, fonds utilisés pour payer les retraités actuels. Ces retraités ayant aussi, lorsqu’ils travaillaient, payé pour la génération précédente.

Les droits acquis avant 2025 seront conservés à 100% *

Sur le fond, à partir de ce système par répartition, un « contrat moral » a été passé avec chacun des actuels retraités : pas de remise en cause du pouvoir d’achat. Or deux mesures ont été adoptées ces derniers temps : l’augmentation de la CSG et la suppression de l’indexation de la pension sur l’augmentation des prix. Pour certains, la suppression partielle des APL n’a fait qu’aggraver la situation.

Le pouvoir d’achat des retraités actuels est donc en berne, et je suis totalement convaincu que le gouvernement doit écouter cette population. Le contrat a été rompu ; il lui appartient donc de le rétablir.

  • La réforme des retraites pour demain

Le constat que chacun de nous peut faire porte sur plusieurs points.

Le premier, auquel les Français sont très en majorité attachés est la mise en œuvre d’un même régime pour tous. En d’autres mots, une très large « unité » politique peut se dégager sur ce point : la suppression des régimes spéciaux. Ils ont été bâtis à partir d’une situation qui n’a plus rien à voir avec la vie en ce XXIe siècle (C’est le cas de la SNCF…) ; nous ne sommes plus au temps des locomotives à vapeur. Prenons en acte.

Par ailleurs, lâge de départ à la retraite. Il devient évident que la durée de vie s’allongeant, l’âge de départ à la retraite doit être reculé. Les conditions de travail se sont nettement améliorées au cours des dernières décennies, et c’est heureux. D’une manière générale, il est nécessaire d’en tenir compte. Par contre, il nous faudra aussi prendre en considération la pénibilité de certains métiers.

Des points seront accordés dès le premier enfant *

Quant au système par points, il ne peut être viable qu’à la condition que chacun puisse prendre sa retraite quand il le souhaite. Pourquoi « interdire » une vie professionnelle bien au-delà de l’âge légal de départ à la retraite ?

Le système par points doit garantir et favoriser cette liberté. Pour celui qui souhaite partir bien plus tôt, le futur retraité doit en

Les primes des fonctionnaires seront prises en compte *

accepter les conditions, notamment une pension moindre sans pouvoir prétendre aux aides sociales sur les minima sociaux (certaines dérogations doivent aussi être possibles pour prendre en compte « certains accidents de la vie ».). Dans le cas contraire, ce serait dangereux pour le système nouveau mis en place.

Depuis 20 ans les divers gouvernements (droite, gauche, ou ailleurs) ont tous tenté de réformer le régime des retraites… Sans succès. Il est vrai que le sujet est ardu, et qu’il a toujours été nécessaire que cette réforme soit partagée par le plus grand nombre de citoyens. Cette condition est indispensable et j’y adhère.

  • Passer de l’un à l’autre

Une annonce a été faite : on ne peut passer d’un système à l’autre brutalement. Comme ceci a pu être évoqué lors de la dernière campagne présidentielle, Il faut une période de transition, notamment dans l’objectif de supprimer les régimes spéciaux. C’est aussi l’occasion pour chacun des salariés de ces entreprises et de la fonction publique de faire librement, et en toute connaissance, le choix d’opter immédiatement pour le régime par points, en valorisant ce qu’il a déjà acquis durant sa carrière. Un fonctionnaire de 25 ans n’aura pas les mêmes motivations qu’un agent de la SNCF à deux ans du départ.

En conclusion

Rien n’est encore avancé comme date pivot avec décote *

Oui, la réforme des retraites doit être menée, au titre de l’égalité des Français face à la retraite, mais aussi en donnant à chacun la liberté de choix quant à la date du départ et en se confectionnant aussi librement son revenu.

Les premières pistes évoquées par la presse sont encourageantes (* voir les textes en exergue). Espérons que les organisations syndicales seront suffisamment majeures pour en discuter avec raison.

Alain Kerhervé

7 commentaires sur « Arrêtez d’emmerder les retraités »

  1. MERCIER PATRICK // 12 octobre 2018 à 16 h 19 min //

    Bonjour. Votre article rejoint les préoccupations de la CFTC, lire l’article sur le site https://www.cftc.fr/actualites/reforme-des-retraites-la-solidarite-intergenerationnelle-preservee

  2. Le nouveau régime des retraites en préparation

    Bien malin celui qui sait aujourd’hui à quelle sauce il sera mangé à partir de 2025. De nombreuses questions attendent des réponses avant même l’issue des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux qui nécessiteront à leur tour comme d’habitude des ajustements à n’en plus finir.
    C’est une nouvelle usine à gaz qui se rajoute à d’autres qui sommeillent dans des cartons.
    C’est un nouveau pas vers l’inconnu parfois synonyme d’angoisses légitimes et de nouvelles frictions en perspective. Il y a aujourd’hui plus d’incertitudes que de certitudes propices à de nombreuses extrapolations.
    Ainsi, que peut –on espérer de la parole d’un gouvernement sur le nouveau régime de retraite alors que celui-ci n’est même pas garant de la parole donnée lorsqu’il dit que la taxe d’habitation baissera pour 80% des contribuables qui en sont assujettis avant disparition totale, alors que l’on vient d’apprendre qu’elle est en hausse pour 6000 communes françaises pour 2018 et que pour se décharger de sa responsabilité le gouvernement fait mine de nous dire que c’est aux collectivités locales de jouer le jeu. De jouer le jeu ? Parce que notre quotidien dépendrait d’abord des pouvoirs locaux qui joueraient sur les taux d’imposition ? Abject de nous mener ainsi en bateau !
    Alors quand on nous promet comme le fait M.Darmanin Ministre des comptes publics, un gain équivalent à un 13ième mois pour les salariés, forcément on rit jaune comme au sein de l’Assemblée Nationale et dans les chaumières qui calculent leur pouvoir d’achat en fonction des prix de l’énergie qui flambent et une hausse de la taxe d’habitation.
    Ce n’est pas demain que la confiance se rétablira dans ce pays et qu’on se battra la fleur au bout du fusil.
    Qui peut nous garantir ensuite que les droits acquis seront conservés ? Lorsque vous avez à faire à une bande de menteurs et d’hypocrites versatiles au sein des cols blancs, il n’y a plus de contrat moral puisque tout est remis en cause à chaque instant.
    Cette bande décomplexée est totalement déconnectée d’avec la France d’en bas qui applique ses propres codes de l’honneur en créant ses économies parallèles. Voilà à quel niveau en est rendue notre solidarité nationale. Business d’abord et à chacun ses règles.
    Ensuite, le sort des retraités de demain sera-t-il bien meilleur que celui des retraités d’aujourd’hui que l’on matraque comme s’ils étaient devenus les nouveaux parias de la société ?
    Autre point : si la durée de vie s’allonge, dans quel état physique et mental seront les futurs travailleurs qui vont devoir travailler obligatoirement jusqu’à un âge pivot à moins d’une décote conséquente, jusqu’à 65 ou 67 ans afin de s’aligner sur d’autres pays au nom d’une concurrence toujours plus vive et qui vont finalement laisser leur peau sur leur lieu de travail soulageant ainsi les caisses de retraite ? Et même si les conditions de travail sont moins pénibles qu’il fut un temps, d’autres maladies modernes font leur apparition. En définitive, c’est au moins 45 ans de semi-liberté qui vous attendent pour terminer direct entre quatre planches moyennant cinq semaines de congés payés annuelles pour partir en vacances si toutefois vous en avez cette chance.
    Le choix de vie ? Il n’y en a pas. Si vous voulez vous en sortir il faut être une force de la nature pour glaner ces misérables points comme le font les décathloniens pour espérer peut-être choisir votre date de départ à la retraite. Et derrière chaque point, vous mettrez quel multiplicateur ? Le même pour un smicard que pour un cadre ou cadre supérieur ?
    Et si vous gagnez peu, inutile d’espérer mettre suffisamment dans un fond de retraite pour agrémenter vos vieux jours. Voilà encore une promesse mensongère. Le cliché habituel qui vous vante la jolie maison, le couple idéal souriant, la fille et le garçon et le gentil toutou, voilà encore une belle entourloupe XXL.
    L’argent va d’abord aux riches et il suit toujours les mêmes canaux.
    Pour le premier enfant, il faudra à ce rythme, avoir le temps de le faire et les moyens pour le mettre en crèche pour un nombre de points dérisoire. Il ne faut pas espérer plus.
    Quant à l’égalité des Français, il faut déjà comparer ce qu’il y a de comparable. Ensuite, il y aura comme ce fut toujours le cas à travers les âges pour simplifier, les riches et les pauvres et que, quel que soit le nouveau régime de retraite qui sera mis en place, les inégalités seront toujours là et pour se creuser chaque jour un peu plus pour s’étendre au-delà des 9 millions de pauvres actuels.
    Je ne me fais aucune illusion. Demain, ceux qui vous vendent des formules inadaptées vous diront que c’est la faute à pas de chance à cause de la démographie, de la croissance, des conflits mondiaux, des guerres commerciales, de l’OPEP, des catastrophes naturelles, des épidémies et j’en passe.
    Nos générations passées ont été abusées et nos générations futures le seront à leur tour avec l’expérience des discours en moins.
    Pauvre jeunesse si tu savais.
    RF 12.10.2018

  3. Attendons donc de voir le détail des conditions financières de fusion des avoirs des quelques 40 caisses pour alimenter la nouvelle caisse centrale du système de retraite universelle. A coup sûr ,certains « bas de laine » seront âprement cédés (en Euros constants sur la période retenue) . Une nouvelle usine à gaz succédera donc à une ancienne usine à gaz avec en prime une instabilité grandissante des situations individuelles dans la période de transition qui est annoncée très longue.

  4. Yannick DUBOIS // 11 octobre 2018 à 23 h 02 min //

    La retraite pour tous a la même age
    le plafond retraite doit être au maximum a 5000€ mois
    pour les politiques qu’importe le ou les mandats exercés idem 5000€ moi ce n’est pas nous qui allons les chercher ils se présentes pour aider les français et non pour les exploiter
    Un retraité qui à 980€ mois et a commencé a travailler a 13 ans et par chance n’a pas connu le chômage
    Dubois Yannick

  5. qui emmerde les Français,, ,le président Macron et personne d’autres ,les retraites sont misérable pour la majorité des gens ,comment vivre avec 600 a 800 euros ,et le soucis de la pensions de reversions ,certes regrouper les caisses sont nécessaires, grâce a l’électronique ,mais en période de chômage c’est un problème, alors une solutions qui ne va pas aire plaisir ,bloquer le montant a 5000 euros

  6. La  » nécessaire » réforme des retraites sera une régression comme toutes les autres tant que l’on reste dans le cadre d’une UE et mondialisation néolibérales.

  7. Le CNR n’avait pas à s’occuper des retraites… c’est révélateur qu’il l’ait fait . Le pays etait au fond du trou à cause de cette mentalité et , au lieu de s’occuper de la guerre , avait des soucis mesquins. En + , ce système de repartition est manifestement idiot . La contraception l’a rendu obsolète. On lit toujours que les français y tiennent ce qui est faux . Ils veulent de l’argent. C’est tout rt ce n’est pas mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*