Pourquoi le FN, Philippot et Wauquiez ne peuvent en aucun cas se réclamer du gaullisme

Par Nicolas Domenach – Les gaullistes d’un jour se bousculent sur la tombe de Charles de Gaulle, à l’occasion du 47ème anniversaire de sa disparition, à commencer par Florian Philippot et Laurent Wauquiez qui incarnent tout sauf la vision et l’ambition originelles du Général.

Le FN ne serait-il pas comptable de ce lourd passé qu’il n’a jamais abjuré ? GUILLAUME SOUVANT / AFP / FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Charles de Gaulle avait raison de craindre le trop plein après sa disparition ! Pour le 47ème anniversaire de sa mort, les gaullistes d’un jour vont se bousculer sur sa tombe. Beaucoup de « Charlots » dont le « Grand Charles  » se serait très certainement passé. A commencer par les représentants du Front national, lequel parti d’extrême-droite compte parmi ses fondateurs nombre de membres de l’OAS, ces extrémistes partisans de l’Algérie française qui ont tenté d’assassiner le Général. Ce parti ne serait-il pas comptable de ce lourd passé qu’il n’a jamais abjuré ? Florian Philippot, qui sera lui aussi de ce défilé mortuaire, cette année comme les précédentes, a toujours fait mine de s’en exonérer. Maintenant qu’il n’est plus frontiste, il revendique plus que jamais cet héritage prestigieux. Mais le képi du Grand Charles est vraiment trop large pour Philippot comme pour les autres …

On ne doute guère que de Gaulle aurait passé au « Fil de l’épée » ces héritiers abusifs qui vont se faire filmer au cimetière de Colombey les deux Églises. Et puisqu’ils prennent le risque de la comparaison, rappelons quelques points qui le méritent.

Laurent Wauquiez, ce « Charlots du jour »

Charles de Gaulle était un obsédé de la Grandeur, « sans laquelle la France ne saurait être la France ». Ce patriotisme du repli que prônent les frontistes d’hier et d’aujourd’hui fait écho à ce qu’il dénonçait très précisément : « la politique la plus coûteuse, la plus ruineuse, c’est d’être petit ». Or la petitesse xénophobe est devenue le mantra de cette droite extrême avec qui rivalise avec un autre de ces « Charlots du jour », Laurent Wauquiez qui, en ce jour de commémoration, serait prétendument gaulliste après avoir été démocrate-chrétien humaniste, puis de plus en plus extrémiste droitier. Celui-ci, qui martèle sans cesse que « la droite est de retour », vient honorer un Chef, un vrai, qui ne changeait pas de convictions avec le vent et qui n’a cessé de proclamer « la France, ce n’est pas la droite, ce n’est pas la gauche… »

En principe le gaullisme est dans l’ADN du mouvement gaulliste qui doit donc se dire « gaulliste » pour certifier qu’il l’est. Sauf que le RPR puis l’UMP et ensuite Les Républicains, dont le secrétaire général Bernard Accoyer a évidemment fait le déplacement de circonstance, tous ceux-là ont réduit l’ambition fondatrice à ne plus être qu’un pragmatisme puis un opportunisme. Ce qui se voulait un rassemblement, une union large, n’est plus qu’un parti rabougri, qui a perdu sa fibre comme ses électeurs populaires. Remarque sur France Info d’Yves de Gaulle, le petit fils : « il y a ceux qui se réfèrent à sa pensée et qui peut-être s’en inspirent et, de l’autre, ceux qui s’en réclament ». Comme on fait de la vieille réclame…

Le « grand Chêne » donc, aurait engendré beaucoup de glands, si on ose écrire. Mais Yves de Gaulle réserve toutefois un sort à part à Emmanuel Macron qui « s’inspirerait de son ancêtre » ! Le sujet mérite au moins qu’on l’examine, ce qui est déjà ça. Il est vrai que le très macronien « et en même temps », ainsi que sa gouvernance politiquement mixte, peuvent évoquer le «ni droite ni gauche » du Général. L’homme de Londres avait mis en route « la participation dans les entreprises » que l’actuel Président assure vouloir remettre au goût du jour. Il reste cependant à ce dernier de gros efforts à faire pour convaincre qu’il n’est pas le « Président des riches » que certains décrivent -une caricature dont personne n’aurait jamais songé affubler de Gaulle.

Pour conclure, livrons-nous à un petit jeu. Voici deux citations du Général :

  • -« J’aime bien ceux qui me résistent. L’ennui, c’est que je ne peux les supporter… »
  • -« J’ai entendu vos points de vue. Ils ne rencontrent pas les miens. La décision est prise à l’unanimité .»

Pourraient-elles être reprises par Emmanuel Macron ?

 

24 commentaires sur Pourquoi le FN, Philippot et Wauquiez ne peuvent en aucun cas se réclamer du gaullisme

  1. Je ne comprends pas votre reproche. De Gaulle avait des principes, je dirais même une doctrine sur certains thèmes. L’Europe : il n’a jamais accepté une intégration total dans un système Européen, et pour un gaulliste il n’est pas question d’aller dans ce sens. Quand vous affirmez que de Gaulle n’a jamais été souverainiste, vous vous trompez. La souveraineté de la France a toujours été SON combat, il est donc le nôtre aujourd’hui. Le gaullisme est une doctrine, mais pas une idéologie. Enfin, ce site Gaullisme.fr est particulièrement respectueux de l’homme Charles de Gaulle. Votre critique à ce sujet, je ne l’accepte pas !

  2. DURAN Hubert // 18 novembre 2017 à 13 h 06 min //

    attention de ne pas figer la pensée du Général de Gaulle, lui qui était très pragmatique et savait s’adapter. Il n’a jamais eu peur du changement. Il a souhaiter une France forte au sortir de la guerre, il a montrer tout son engagement envers la création européenne, il a montrer combien une France forte était garante de l’esprit européen et en cela il a dénoncé la pratique du cheval de Troie britannique, mais il n’a jamais dit qu’à terme, l’Europe ne serait pas une réelle unité au lieu d’un regroupement de pays. Sa vision était trop forte et réaliste pour qu’il devienne sectaire comme c’est le cas de beaucoup trop de ces gens qui se disent gaulliste mais qui fige une pensée libre et du même coup la tue.
    de Gaulle n’a jamais été un souverainiste tel que l’est Dupont-Aignan. Il n’aurait jamais accepté une compromission comme ça été le cas avec le FN.
    Soyez respectueux d’un homme droit qui était plus dans l’expression du vrai et du juste que dans l’idéologie.

  3. Pauvre Général qui doit se demander si ces enfants sont bien de lui ?! Quant à Tante Yvonne ,elle est formelle, ces deux « marmots politiciens » sont nés sous X de père et mère inconnus des gens sérieux!

  4. Edmond Romano // 15 novembre 2017 à 13 h 06 min //

    Ah cette mode de dire que personne ne peut attribuer de brevet de gaullisme. Tout serait donc égal à tout suivant le relativisme répandu sur d’autres sujets.
    Et bien, non, être gaulliste a un sens. Il y a des pré requis: une personne qui prône l’abandon de la Souveraineté Française le matin ne peut pas le soir se dire gaulliste. Une personne qui a voté « oui » au traité de Maëstricht et au référendum de 2005 ne peut pas se dire gaulliste. Une personne qui a rejoint un parti fondé par ceux qui n’ont eu qu’un rêve: éliminer physiquement le Général ne peut pas se dire gaulliste. Enfin, soyons un peu sérieux, si tous ces gens sont considérés comme gaullistes, que faisons-nous ici? Il n’y aurait dans ce cas plus rien à défendre puisque le gaullisme ne serait plus rien. Il ne s’agit pas de décerner des brevets mais de constater des incompatibilités entre ces personnes et la pensée constante du Général.

  5. Personne ne peut, en principe, décerner des brevets de gaullisme… Mais certains ont quand même le droit, le devoir même, de dénoncer ceux qui se servent honteusement de l’image du Général. Cela fait plus de 50 ans que je milite pour de Gaulle et le gaullisme, alors je m’autorise à dire certaines choses… en toute liberté et avec amabilité. Je souhaite que les vrais gaullistes (il y en a encore beaucoup ) se regroupent pour assumer l’héritage du Général et promouvoir son oeuvre inachevée.

  6. Ne pas oublier aussi Louis Vallon, Philippe Dechartre, ETC… Mais ces hommes de gauche sont devenus gaullistes…

  7. Dans le cadre actuel de l’UE et de la mondialisation néolibérales la participation n’a aucune chance de voir le jour. Seul un pays souverain peut l’envisager mais en s’affranchissant aussi dans le cadre national des exigences exorbitantes du capitalisme financier qui doit être mis au pas, domestiqué, au service de l’économie réelle productrice de biens et de services.
    Cela suppose donc un certain anti-capitalisme répandu chez les gaullistes de gauche éliminées par Pompidou et Giscard. Cf Réné Capitant, Léo Hamon notamment.

  8. Personne n’a et ne peut avoir le monopole du gaullisme. De même personne ne peut décerner des brevets de gaullisme qui peut se trouver là où l’on attend le moins. Par exemple la démarche de Jean-Luc Mélenchon présentant sa candidature en février 2016 seul face aux appareils politiques de gauche a eu une allure typiquement non pas gaulliste, terme galvaudé, mais gaullienne. Ce genre de démarche est de plus en plus difficile dans la mesure où les partis ont pleinement récupéré la logique gaullienne de la Vè République. Les partis présumés héritiers du Général y ont largement contribué.
    Un Philippot ou tout autre personne peut avoir une démarche gaullienne. Sans exclusive.

  9. Nda n’a jamais évoqué le projet de « participation » que Général le souhaitait. N’oublions pas, mais je pense qu’il faut le rappeler, que l’amendement Vallon en 1965, puis le projet d’après 68 qui aurait été mis en oeuvre immédiatement si le Général avait gagné le référendum du 27 avril 1969, allait très loin… Très loin, une véritable révolution sociale. Jamais NDA ne l’a évoquée (la révolution sociale), ni dans ses discours officiels, ni dans ses écrits… Mais il n’est pas le seul a avoir « oublié » cela.

  10. GENTY Jean Claude // 13 novembre 2017 à 20 h 52 min //

    M. Kerhervé, je viens de reprendre le programme de NDA pour la dernière élection présidentielle. En effet, il n’est pas évoquée la « participation » typiquement Gaullienne. Pour autant, vous sachant de bonne foi, vous serez d’accord avec moi pour considérer que la première chose à faire en matière de production, c’est de rapatrier tout ce qui peut l’être et au plus vite dans l’hexagone. Cela permettra la création réelle de plusieurs millions d’emplois. Par après, une foi les richesses créées, il sera effectivement nécessaire de revoir la répartition équitable des ces mêmes richesses. Et je suis pleinement d’accord pour appliquer cette participation telle que l’avait envisagée le Général. Sans vouloir parler en lieu et place de NDA, il me semble que ce retour à l’équité de répartition est la suite logique de sa politique.

  11. Edmond Romano // 13 novembre 2017 à 14 h 11 min //

    Qu’il est convoité ce képi! Trop grand pour tous ces minus de la politique actuelle! Toutes les années nous assistons au « bal des faux culs » à Colombey. Le général n’aura un héritier digne de ce nom que le jour où se lèvera un homme ou une femme pour qui la France primera sur tout y compris sur les projets, les ambitions personnelles.

  12. Il n’est pas question pour moi de critiquer votre commentaire ni votre engagement auprès de NDA. Ceci dit, « le seul légitime » me semble très exagéré. Par exemple, pouvez-vous me dire ce qu’il prône sur le thème très gaulliste de la « participation » dans l’entreprise, sur le syndicalisme… Je suis très curieux de le savoir.

  13. GENTY Jean Claude // 12 novembre 2017 à 19 h 15 min //

    Ce 9 Novembre, j’étais à Colombey, comme tous les ans. Avec Nicolas Dupont Aignan, comme d’habitude ! Pour moi, c’est le seul légitime. Je ne suis pas idolâtre, loin s’en faut. J’ai tout simplement une parfaite connaissance du programme de Debout La France, point ! On ne peut que constater que ça ressemble furieusement à « du De Gaulle dans le texte », quoiqu’en disent les « experts autorisés » de la presse aux ordres. Alors, les combattants de la 25ème heure !!!! Une observation pour terminer : sans verser dans les décomptes farfelus cités à chaque manifestation un tant soit peu médiatisée, j’ai constaté moi-même que les participants entourant les pseudo-gaullistes n’étaient pas plus nombreux que ceux entourant Nicolas Dupont Aignan, eux ayant en grand nombre autour d’eux les représentants des corps constitués (bien obligés d’être là).

  14. Sur quels européens ?

  15. OK avec vous, mais nous savons ce qu’il n’aurait jamais accepté. Et c’est déjà beaucoup.

  16. Imaginons un instant une émission de télé , en Corse,proposée par JP Elkabbach ,en direct , interviewant deux retraités , Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle…..!!! On serait prêts à mettre combien pour assister à ça ?? !!

  17. On saura jamais l’ approche de De Gaulle aujourd’hui, vu sa conception formidablement pragmatique de la Politique …!! Quel Mec !! Eblouissant ….

  18. N.Domenach fait partie de la mouvance gauchiste française nulle en économie ,conservatrice à mort du système état providence ,qui fait qu’on a toujours 18 ans de retard sur les européens !!!

  19. Il nous appartient de faire connaître la pensée et l’action de Général, mais aussi de prolonger son action. C’est, pour ma part, ce que j’essaie modestement de faire au travers de ce site (plus de dix ans d’existence), mais aussi en faisant des conférences gratuite sur la politique sociale de Charles de Gaulle autour de mon ouvrage « Une révolution en héritage (voir ici : http://www.gaullisme.fr/2015/11/25/une-revolution-en-heritage/ )

  20. héritiers abusifs….tout à fait exact au 1er niveau , mais ce qui est vraiment abusif au second niveau est de las qualifier d’héritiers !!!!
    Ce sont ni plus ni moins que des grandes gueules qui surfent sur la médiocritude ambiante….et cela n’est pas prêt de s’arrêter au train où le monde politicard franchouillard se développe!

  21. Il n’y aura plus de Général de Gaulle qui fût un homme singulier pour des circonstances singulières.
    Comme l’Histoire ne se répète pas…
    Dans quelques décennies quand nous serons tous morts, peut-être !

  22. Oui, mais les décisions de Charles de Gaulle à l’unanimité étaient géniales pour la plupart …!! Monarque éclairé !! Pas d’erreurs pour ainsi dire …! Ses successeurs sont plus fades forcément , mais dire que L. Wauquier est droitier extrémiste est trop partisan et sujet à caution … Sans le vouloir vous glissez vers le centre-gauche satisfait du  » système social français  » avec sa pléthore de fonctionnaires qui plombent le budget du pays …!!

  23. Le problème du gaullisme aujourd’hui, c’est qu’il est quasi inconnu des jeunes générations et les « anciens » en ont fait une auberge espagnole. Ce sont les valeurs du gaullisme qu’il faut faire vivre et non ce nominalisme.

  24. J’avoue que je n’arrive pas à comprendre les gens qui imaginent même une seconde de comparer Macron à De Gaulle.

    – De Gaulle qui écrivait dans les  » Mémoires d’espoir » La France vient du fond des âges, elle vit, les siècles l’appellent, n’aurait certainement pas pensé un instant que la souveraineté de demain puise être Européenne et non Française.

    – Un slogan électoral,  » Et de Droite et de Gauche » et une formule travaillée avec un communicateur « En même temps » ne se comparent pas un instant à une réflexion approfondie née de terribles épreuves nationales et personnelles.

    – La « Participation » n’est pas une combinaison juridique d’entreprise mais une réponse à la lutte de classes. Elle implique un tout autre bouleversement des nos règles qu’une réforma à minima des conseils d’administration qui permette à quelques salariés d’obtenir des tantièmes.

    – Pour mener une politique étrangère digne de la France Gaullienne, il faut autre chose qu’une diplomatie Selfie qui consiste à approcher les importants du moment pour être sur la photo.

    Emmanuel Macron n’est pas plus De Gaulle que ne l’était Henri Tisot Mais Tisot, lui, avait beaucoup de talent.

    En résumé, comme le disait ma grand-mère :  » Trop petit mon ami.

    Etienne Tarride

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*