« France. Plus rien ne marche, même les machines à voter à l’Assemblée Nationale ».

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Ceux qui prennent le train tous les jours, savent à quel point la SNCF malgré ses bénéfices affichés est une entreprise en fin de course et qui arrive à peine à faire rouler quelques trains à la ponctualité désastreuse… quand ils arrivent !

Ceux qui prennent les transports parisiens savent à quels point les infrastructures franciliennes se dégradent. Je ne parle même pas de nos lignes de bus… sans chauffeur.

Tous ceux qui payent leur facture d’électricité voient très bien que tout coûte plus cher pour pas plus de lumière.

Ceux qui sont malades, ou qui ont des proches malades, savent très bien que l’hôpital vit un véritable naufrage, à l’image de notre pays.

Il y a quelques semaines, ma maman a été transportée en urgence à l’hôpital pour une embolie pulmonaire. J’étais avec elle dans l’ambulance. Nous avons attendu plus d’une heure sur le parking à l’entrée des urgences évidemment saturées. Il y avait deux ambulanciers qui attendaient pour ma maman. A côté de nous 3 ambulances de pompiers avec 3 pompiers par ambulance qui attendaient de pouvoir décharger les malades que personne ne pouvait prendre en charge faute… de médecin ! Entre les services téléphoniques du Samu qui sont débordés et les ambulances qui bouchonnent devant les portes des hôpitaux, nous ferions bien de recruter des médecins, cela coûterait moins cher que d’empiler ambulances, pompiers sur les parkings. C’est surréaliste. Hallucinant.

Ceux qui s’intéressent à ce qu’il se passe sur le terrain et ce que vivent nos forces de l’ordre, police comme gendarmerie, savent que la situation sécuritaire est en train de partir en vrille. Cette violence de rue qui devient endémique est multifactorielle. Drogue, décompensation, misère psychologique, absence de soins psychiatriques et d’internement, mais aussi religion, ou immigration, accueil défaillant, tout s’additionne et rentre en résonnance pour créer des conditions de grand danger pour les citoyens quelles que soient leurs origines.

Jusqu’à présent, nous avons tous conscience que l’effondrement rampant est avant tout vécu par les classes populaires de notre pays, qu’il s’agisse de nos concitoyens de la France périphérique ou rurale ou celle de nos banlieues, mais jusqu’à présent, il était rare de voir les conséquences de notre effondrement toucher nos mamamouchis.

Voilà chose faite.

Même à l’Assemblée les machines à voter sont en panne !

L’Assemblée nationale vient de connaître son naufrage technique sur ses appareils de vote électroniques, qui fonctionnent d’ailleurs de manière satisfaisante d’habitude.

Charles Sannat

2 commentaires sur « France. Plus rien ne marche, même les machines à voter à l’Assemblée Nationale ».

  1. Compte tenu du peu de fréquentation de l’hémicycle la majorité du temps on peut bien revenir à des pratiques à l’ancienne du vote à main levée ! A moins que nos chers élus qui font l’effort d’être présents n’aient plus assez de force pour lever un bras ?!

  2. Didier Bernadet // 12 janvier 2023 à 12 h 07 min //

    Devant ce fatras d’invraisemblances n’y-a-t-il pas une question de fond à se poser? Le Président, les Ministres (quelques-uns pour le moins),ont l’intelligence,les capacités de faire ces constats, sans ambiguité. Or avec l’appui des médias ils nous expliquent soir et matin que la Nation est un concept dépassé et dangereux, que la France n’est pas souveraine, que l’UE l’est pour elle et que le mondialisme va tout résoudre. La question est donc: n’y-a-t-il pas une volonté appliquée de faire disparaitre la Nation, de créer un melting pot ingouvernable à priori mais « maitrisable » dans un contexte prédéterminé? Il y aurait alors « trahison », déni de la Constitution, (voir l’article 2). Que faisons-nous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*