Le Discours des Bernardins : Mensonge ? Attaque contre la laïcité ?

par Jack Petroussenko

1 – Lors du discours des Bernardins. Emmanuel Macron a parlé de réparer le lien abîmé du dialogue avec les religions, s’adressant semble-t-il aux seuls catholiques. Or en République même s’il ne les nomme pas, ou autrement, le président de la république s’adresse toujours aux citoyens, et s’il invite les catholiques à participer à la réflexion politique, ce ne peut être qu’en tant que citoyens. Mais il n’y a pas cela dans son discours, qu’il adresse à une communauté non pas aux citoyens. Remarquons que si la laïcité est une exigence de la citoyenneté elle ne l’est pas des catholiques. Si la méthode le met en délicatesse avec la laïcité en tant que président, son discours surtout n’est ni plus ni moins qu’une attaque frontale contre la Laïcité, et fait le jeu d’un certain communautarisme. Un président de la république doit être le gardien d’une loi qui fait partie d’un bloc constitutionnel. Il n’a pas à l’attaquer.

2 – Toutefois son discours a été accueilli favorablement par les évêques (on pouvait le deviner) mais son objectif réel peut s’appliquer à toutes les religions et à l’Islam en particulier. Les autres religions en tant que telles ne peuvent y être que favorables, et seront des alliées, dans l’organisation de l’Islam de France, qui est le but réel recherché.

3 -Ses véritables intentions sont d’ailleurs annoncées dans une loi en préparation « sur l’État au service d’une société de confiance » la loi Darmanin /Macron. C’est là qu’il faut chercher ce qu’il va faire.

4 – La loi Darmanin-macron (article 38) favorise les religions sur différents points, ce que la Laïcité ne permet pas. L’État doit rester neutre, et ne pas s’occuper des religions.

  • En Modifiant l’article 19 de la loi de 1905 qui précise que les biens ecclésiastiques peuvent être transférés aux associations cultuelles réservées à cet effet. Mais ces associations devront avoir exclusivement pour objet l’exercice d’un culte, bénéficiant à ce titre d’avantages fiscaux. Aujourd’hui on cumule les avantages des lois 1901 et 1905. On se demande même quel est l’intérêt de 2 lois pour ce type d’association.
  • Cette modification permet de recevoir tout immeuble à titre gratuit donc un patrimoine lucratif y compris des immeubles de rapport, et de le gérer sans avoir d’activité exclusivement cultuelle. C’est une sacrée épine du pied qu’on enlève, mais aussi une suppression du verrou essentiel qui permettait le libre exercice de leur culte par des associations ayant ce seul objet. C’est là une atteinte caractéristique d’un des principes de la loi de 1905.
  • Rapprochons ces deux articles ainsi modifiés. Demain ces associations cultuelles pourront gérer des biens, et seront exemptées de toute déclaration d’intérêt et de toute transparence avec les ministres quel que soit le ministère concerné. Pourtant intérêts il y aura. Mais qui pourra vérifier d’où ils viennent. On est dans l’augmentation des ressources des associations qui reste loin de la neutralité de l’État qui s’applique aux associations cultuelles. Nous verrons plus loin qu’elles ne font qu’aggraver la dépendance aux donneurs de fonds.
  • Ces propositions ont été « enrichies » encore par le sénat !

5 – Les religions recevront ces ajustements comme du pain béni, mais transgresseront allègrement la loi de 1905. Avant peut-être qu’on la modifie ?

6 – Il est habile de commencer par intéresser les catholiques, pour installer l’islam de France. Les dispositions d la loi Darmanin/Macron vont soulager le CFCM et les autres associations en proie à des divisions. Le terrain est préparé pour leur faciliter les choses, mais aussi permettre de disposer d’immeubles financés par des puissances étrangères voire des puissances fondamentalistes. Ceux qui donneront ou construiront des lieux de culte ne les céderont gratuitement qu’à des associations dont elles auront verrouillé la composition et qui veilleront à leurs intérêts propres. Ce n’est pas sans inconvénient, d’autant que lesdites associations sont dispensées de déclaration d’intérêts, de même qu’elles seront dispensées de donner des informations sur le lobbying exercé avec les pouvoirs publics. Discrétion oblige.

7 – Enfin comment reconnaître l’Islam, si l’État ne reconnait aucun culte ? Par un retour au concordat qui n’existe plus ? Si le Président parle de religions reconnues, c’est que l’Islam existe, une légitimation est peut-être alors nécessaire voire indispensable pour qu’il bénéficie de la loi Darmanin. Comment légitimer sans franchir la ligne rouge, car s’il faut reconnaître l’islam, pour le légitimer il faut changer l’article 2 et c’est une violente attaque, et plus directe contre la laïcité.  Changer une loi qui est constitutionnelle fera du bruit dans landernau. Ce n’est pas le rôle d’un Président de la république.

8 – Il faudra tenir sur trois points de lutte essentiels

  • La citoyenneté nous sommes des citoyens, français peut-être mais des citoyens avant tout
  • On ne doit pas changer l’article 2 de la loi de 1905 ni l’article 19 on ne touche pas à la loi de 1905
  • Un Président de la République doit en être le gardien, le défenseur. Mais ne pas s’en prendre à elle !

Jack Petroussenko


ANNEXES.


MODIFICATIONS DE LA LOI DE 1905

  • Article 19 on rajoute après l’alinéa 8

Les associations cultuelles pourront recevoir, dans les conditions prévues par le deuxième alinéa de l’article 910 du code civil, les libéralités testamentaires et entre vifs destinées à l’accomplissement de leur objet ou grevées de charges pieuses ou cultuelles. ELLES POURRONT POSSEDER ET ADMINISTRER TOUT IMMEUBLE ACQUIS À TITRE GRATUIT

  • Au 1er alinéa de l’article 21après le mot « unions »

Sont insérés les mots : « ÉTABLISSENT DES COMPTES ANNUELS ET »

Les associations et les unions « ÉTABLISSENT DES COMPTES ANNUELS ET » tiennent un état de leurs recettes et de leurs dépenses ; elles dressent chaque année le compte financier de l’année écoulée et l’état inventorié de leurs biens, meubles et immeubles.

MODIFICATIONS DE LA LOI DU 11/10/2013

Ne sont pas des représentants d’intérêts au sens de la présente section :

d) Les associations à objet cultuel, « dans leurs relations avec le ministre et les services ministériels chargés des cultes ». la partie en gras et en italique est supprimée

 

5 commentaires sur Le Discours des Bernardins : Mensonge ? Attaque contre la laïcité ?

  1. Et maintenant le « chérubin du Palais  » va obtenir une audience papale de 30 minutes !
    De quoi faire rêver tous les anticléricaux qui sont à sa botte et qui vont en faire des caisses sur l’intolérable emprise de l’Eglise sur le fonctionnement des institutions françaises et sur le cerveau des citoyens qui la composent ! Rassurons ces « faux-culs », le citoyen , quelque soit sa nationalité, n’a que faire des « martyrs » de l’opinion publique. Que chacun chacune tourne son regard sur la terre des hommes qui en font chaque jour la cruelle expérience : Israël ,USA ,Pakistan, Iran,
    Tunisie, Egypte, Soudan, Mali, Burkina, Colombie, Afghanistan, Syrie, Philippines, ex Surinam, Afrique du Sud, etc. etc….liste non exhaustive !!!!

  2. Michel Chailloleau // 8 mai 2018 à 10 h 38 min //

    La République n’a pas de lien avec les religions. Mais pour être élu, les politiques comme Mr Macron sont capables de dire l’inverse et son contraire. Après avoir nié que l’Europe est d’origine Chrétienne, il est de bon ton à l’approche des élections européennes de se montrer avec les dirigeants de l’Eglise pour essayer d’obtenir le vote des Catholiques. Quelle fourberie et quelle hypocrisie quand on sait que dans le même temps le Parlement se prépare à voter la loi bioéthique.

  3. BAERTJC // 2 mai 2018 à 2 h 46 min //

    Et le « chérubin du Palais » dit et fait n’importe quoi pourvu qu’il soit, lui et ses sbires, sur le devant de la scène. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, croyez-le ou non !

  4. Michel 45 // 1 mai 2018 à 13 h 06 min //

    Tout à fait d’accord avec Jack Petroussenko, avec Cording ! Un président de la République n’a pas à commenter la valeur, la transcendance d’une croyance religieuse. Il doit veiller à ce que tous les citoyens disposent de la liberté de pensée et en usent dans le cadre de la loi. Un président n’a pas à  » réparer un lien » qui serait « abîmé » quant au « dialogue avec les religions ». Car la République n’a pas de « lien » avec les religions et ne « dialogue » pas avec elle : c’est l’affaire des citoyens en leur âme et conscience.

  5. Le discours de Macron aux Bernardins est un discours à une clientèle électorale où l’on lui dit ce qu’elle a envie d’entendre. Il fera la même chose au CRIF et à toute institution représentant les musulmans. Il fera du communautarisme pour confier aux religions le soin de réparer le lien social détruit par les politiques néolibérales. Sarkozy n’a pas dit de choses si différentes lorsqu’il a parlé de la prééminence des curés, rabbins ou imans sur les instituteurs. Alors que dans une République laïque c’est-à-dire neutre sur le plan religieux mais organisant la pluralité des religions et leur existence et cohabitation dans un même espace publique l’instituteur comme autrefois devrait avoir une place mieux reconnue, respectée et rétribuée comme transmettant un savoir, une somme de connaissance permettant à tous d’exercer leur esprit critique et donc civique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*