Chaban Delmas

Paris, Paris outragé …

22 août 2014 // 1 commentaire

C'est la fin d'une terrible journée. A pied, fendant la foule, le général de Gaulle arrive à l'Hôtel de Ville où l'attendent Georges Bidault et André Tollet. Un moment d'émotion intense, d'unanimité vraie. "Il y a là des minutes qui dépassent chacune de nos propres vies. Paris *! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple, avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France toute entière, de la France qui se bat, de la seule France …" [...]

Pierre Messmer, référence gaulliste

19 août 2013 // 7 commentaires

L’ancien Premier ministre Pierre Messmer est mort le 29 août 2007 à l’hôpital du Val-de-Grâce, à l’âge de 91 ans. Gaulliste indéfectible, héros de la Deuxième [...]

Jacques Chaban-Delmas : « Il vécut l’armistice comme la fin du monde »

11 août 2010 // 0 commentaire

Appelé en juin 1938, il intègre le bataillon des élèves officiers de réserve puis choisit Saint-Cyr parce qu’il donne priorité à sa vie de famille. Marié en avril 1939, il est sous-lieutenant au 7e bataillon alpin de forteresse, à Peira-Cava, près de Nice, durant toute la campagne de France ; sa femme, qui a pu s’installer à proximité, donne naissance à leur premier enfant. Il vit la nouvelle de l’armistice comme une fin du monde et fonde ses espoirs sur la Grande-Bretagne. Le spectacle de Paris occupé lui est insupportable. Il manifeste une volonté de revanche qu’il libère en rejoignant le groupe du colonel Groussard, son ancien instructeur à Saint-Cyr. Par ce dernier, il est mis en contact avec le colonel Heurteaux, chef du réseau Hector. Spécialisé dans le renseignement sur l’industrie, il intègre le ministère de la Production industrielle pour mieux renseigner. Fin 1941, il entre à l’inspection des finances. Fin 1942, il informe le BCRA à Londres du démantèlement du réseau Hector et adopte alors le pseudonyme de Chaban, nom d’un château près de Moustier, en Dordogne. Chargé de remédier au besoin de financement de la Résistance, il participe à la mise sur pied, en 1943, du Cofi, avec Pierre de Bénouville, François Bloch-Lainé et Michel Debré, et devient le conseiller financier du délégué militaire national. [...]

La libération de Paris…

25 août 2009 // 0 commentaire

Paris, Paris outragé… 25 août 44 – C’est la fin d’une terrible journée. A pied, fendant la foule, le général de Gaulle arrive à l’Hôtel [...]