Bientôt un musée des Debré en Touraine ?

L’idée fait son chemin autour de Robert le pédiatre, Michel le politique, Olivier le peintre, la propriété des Madères à Vernou, Amboise, Montlouis, Tours…

Michel Debré au premier plan et les enfants

Les Debré en Touraine, une véritable saga qui épouse tout le XXe siècle. Des personnalités fortes. Robert, le grand-père, le célèbre pédiatre. Ses deux fils, Michel, le Premier ministre de Charles de Gaulle, et Olivier, le peintre de la Loire. Les petits-fils, les jumeaux Jean-Louis et Bernard, ou encore Patrice, le médecin, pour ne citer qu’eux.

Des lieux emblématiques aussi. Le château de Nazelles, la mairie d’Amboise chère à Michel, la propriété de L’Épine fleurie à Montlouis (vendue après la mort de celui-ci), et celle des Madères bien sûr, à Vernou-sur-Brenne. « De l’Épine fleurie, on voit les Madères, de l’autre côté de la Loire » s’amusait Michel Debré.

Les Madères, c’est le berceau de trois générations de Debré depuis les années 30, où vécurent Robert puis Olivier, Patrice maintenant, qui entretient la flamme familiale. La propriété, avec ses dépendances troglodytiques, vient d’être classée site emblématique du département, avec la bénédiction de l’Unesco.

“Son carnet intime dans un tiroir” Patrice, professeur en immunologie, a sorti le 10 janvier un beau livre sur son grand-père Robert. Il remet en lumière l’homme, sa descendance, et « sa » Touraine d’adoption. Le petit-fils raconte comment il a exhumé aux Madères les lettres de Robert écrites en 14-18, « une à deux lettres par jour adressées alors à son épouse ». Et confie comment il a retrouvé en février 2017 son « petit cahier dans un tiroir fermé à clé », oublié là depuis des décennies, écrit en 39-45 et dans lequel il parle beaucoup de l’antisémitisme qui étrangle alors la France.

Gris bleu, taches bleues de Loire, 1990 – Huile sur toile, 370 x 915 cm d’Olivier Debré

La « maison Debré » en Touraine, comme disait Robert ? Qu’en reste-t-il concrètement aujourd’hui ? Michel repose au cimetière d’Amboise, où il a laissé son nom à la place du château. Robert est en terre à Vernou. Patrice a été la cheville ouvrière, côté famille, du centre d’art contemporain de Tours baptisée Olivier-Debré et inauguré en 2017. Et il y a eu cette belle exposition du peintre Édouard Debat-Ponsan, beau-père de Robert, présentée au musée des Beaux-Arts de Tours.

Mais, est-ce suffisant ? L’idée fait son chemin : et pourquoi pas un musée tout à la gloire des Debré (y compris les pages tristes et sombres) en Indre-et-Loire ? Les documents et témoignages ne manquent pas. Avec eux en effet, on touche à tout, arts, peinture, architecture, sciences, musique, littérature, patrimoine, médecine, Ve République de 1958 à nos jours…

Un musée aux Madères ? Ce serait logique. Patrice Debré précise : « Le fonds Robert-Debré y est conservé, lettres, cours, rapports, mais il demande à être classé et numérisé pour être exploitable. J’ai eu des contacts avec la bibliothèque François-Mitterrand de Tours-Nord. La Grande Bibliothèque de Paris, l’Académie de médecine seraient intéressées, la Métropole de Tours aussi. Une équipe d’historiens d’Angers s’intéresse au sujet. Encore faut-il savoir s’il y a une appétence des Tourangeaux pour ce projet ». Le fonds Michel-Debré est à Sciences-Po. Et le centenaire de la naissance d’Olivier sera célébré en 2020.

Source : La Nouvelle République

 

1 commentaire sur Bientôt un musée des Debré en Touraine ?

  1. G. Le Dorner 77 // 31 janvier 2018 à 22 h 00 min //

    l’ hôpital , la Constitution , l’ honneur , et de vivre , un musée non , un combat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*